Changement climatique: Franck Bainimarama interpelle Donald Trump

océan pacifique
Cyclone Fidji
Dans son discours à Marrakech, Frank Bainimarama a fait un lien implicite entre le changement climatique et le super cyclone qui a frappé son pays en février. ©ABC News: Brant Cumming
Le Premier ministre fidjien a invité le nouveau Président américain a prendre ses responsabilités en matière de réduction des émissions de carbone, et à tenir les engagements des États-Unis. Il l'a aussi invité aux Fidji pour qu'il se rende compte, de lui-même, des effets du changement climatique. 
Le nouveau Président américain a Twitté pendant sa campagne: « le changement climatique est un concept inventé par et pour les Chinois pour nuire à la compétitivité de l'industrie américaine»
 
À la tribune de la COP 22 à Marrakech, le Premier ministre fidjien, Franck Bainimarama a interpellé le nouveau Président, et attaqué son climato-scepticisme:
 
« J'en appelle au nouveau Président des États-Unis, Donald Trump, pour qu'il change d'avis, personnellement et publiquement, sur la politique à mener contre le changement climatique. Monsieur, vous avez dit que vous ne croyiez pas que ce soient les activités humaines qui causent le changement climatique.  Je suis particulièrement alarmé par des rumeurs selon lesquelles vous auriez l'intention de retirer votre pays de l'accord de Paris sur le climat. Ce serait un désastre pour chaque personne sur la planète. Je vous demande de faire preuve du leadership que le monde est en droit d'attendre des États-Unis sur cette question. » 
 
Le Premier ministre fidjien a conseillé à Donald Trump de réexaminer les preuves scientifiques du changement climatique. Franck Bainimarama a aussi invité le prochain Président américain aux Fidji: 
 
« Je vous en prie, venez, c'est urgent, pour constater par vous même les effets dévastateurs que l'élévation du niveau de l'océan et les événements météorologiques extrêmes ont déjà sur notre peuple et notre mode de vie. Président Trump, je vous invite aux Fidji, et vous promets le plus chaleureux des accueils. Vous pourrez ainsi voir que nous sommes déjà obligés de déplacer en hauteur des villages entiers à cause de l'élévation du niveau de l'océan et vous pourrez aussi rencontrer les familles des 44 victimes du cyclone de février dernier. »
 
Outre Franck Bainimarama, Gaston Brown, le Premier ministre d'Antigua et Barbuda, a aussi dénoncé le climato-scepticisme de Donald Trump. 
Et la Présidente des Marshall, Hilda Heine, a réclamé l'engagement total des États-Unis pour maintenir la hausse des températures à 1.5 degrés. 
Les Américains sont responsables de 15% des émissions de CO2 sur la planète. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live