Des consignes pour le second tour ?

politique
Présidentielle. Election. Isoloir
©NC1ere/Françoise Tromeur
Si les consignes de vote au plan national ont été immédiates et largement favorables à Emmanuel Macron, les prises de position des élus de Nouvelle-Calédonie pour le second tour restent très timides. Mise à jour du mardi 25 avril.
Les déclarations et les communiqués tombent, peu à peu. Mais du côté des politiques calédoniens, les prises de position restent difficiles, depuis le premier tour de l'élection présidentielle. Ce mardi après-midi, le Rassemblement –Les Républicains s'exprimait par la voix de son président. 
 

Frogier renvoie Macron et Le Pen dos à dos

Ce parti constituait localement le premier soutien de François Fillon qui, lui, appelle sans conditions à voter pour Emmanuel Macron. Rien de tel chez Pierre Frogier, qui renverrait plutôt les deux candidats dos à dos. Et les électeurs à leur propre choix. « Ce qu'il y a de mieux pour l'avenir de nos enfants, c'est de nous opposer à une sortie conflictuelle de l'accord de Nouméa, a-t-il déclaré. Soutenir une candidate qui s'est toujours opposée à l'accord de Nouméa, ou apporter notre soutien à un candidat dont les positions sur la Nouvelle-Calédonie sont floues et évolutives, et qui de surcroît a qualifié la colonisation de crime contre l'humanité, ce serait trahir notre histoire.» Ecoutez-le au micro de Jeannette Peteisi.

Interview Pierre Frogier après premier tour présidentielle (25 avril 2017)

Deladrière tourné vers les législatives

Un peu plus tôt, Bernard Deladrière revenait par communiqué sur le résultat des urnes. Et le président du comité de soutien à Bernard Fillon, candidat LR aux législatives, d'écrire : «Pour le second tour, il appartient à chacun de réfléchir en conscience à ce qu'il y a de mieux pour la France, pour la Nouvelle-Calédonie, et pour nos enfants. Les élections législatives les 11 et 18 juin prochain donneront la possibilité aux électeurs de faire entendre la voix de la droite républicaine et du centre.»
 

Yanno : Le Pen du bout des lèvres

D'autres élus les Républicains de Nouvelle-Calédonie qui se sont exprimés l’ont fait du bout des lèvres et en faveur de Marine Le Pen. C’est le cas de Gaël Yanno, le patron de l’UCF, ici interrogé par Bernard Lassauce 

 

Présidentielle consignes itw Yanno

 

Vote de contestation pour Martin

Ne pas faire barrage à Marine Le Pen pour faire barrage à Emmanuel Macron… C’est aussi d’une certaine façon le choix d’Harold Martin. Pour le maire de Païta, joint par Angélique Souche, le vote calédonien en faveur du front national est un vote de contestation locale. 
 

Présidentielle consignes itw Martin

 

Pas de consigne chez Backès et Vittori

Pour sa part, Sonia Backès explique dans un communiqué de ne pas vouloir donner de consigne de vote. «  En Nouvelle-Calédonie, les électeurs ont démontré très clairement leur volonté de rester dans la France, leur souhait de fermeté et de retour de l'ordre. (…) J'ai confiance en leur discernement pour déterminer lequel des deux candidats répondra le mieux aux enjeux qui attendent la Nouvelle- Calédonie, en particulier pour ce qui concerne notre maintien au sein de la République et le retour de l'autorité de l'État », conclut Sonia Backès.
Enfin stratégie identique adoptée par Pascal Vittori, pour qui «  les Calédoniens ont une nouvelle fois montré leur volonté de poursuivre notre histoire commune avec la France, ils n'ont pas besoin qu'on leur donne des instructions, je leur fais confiance pour le deuxième tour. »
 

Lagarde avec Macron

Quant à Sonia Lagarde, elle avait annoncé son soutien à Emmanuel Macron dès avant le premier tour. La députée-maire de Nouméa l'a réitéré, et expliqué, ce mardi matin sur notre antenne radio, en revenant pour ce faire sur son expérience à l'Assemblée nationale.
Macron pour lequel Daniel Goa votera au second tour, comme l'a déclaré le président de l'Union calédonienne.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live