Covid-19 : le taux d'incidence, quelle importance ?

coronavirus
Covid-19 : zoom sur les tests de dépistages réalisés dans les établissements scolaire
©Claude Lindor
Dans la gestion de la crise Covid en Nouvelle-Calédonie, on surveille encore de près le taux d'incidence. C'est un des éléments sur lesquels s'appuie le gouvernement Castex pour décider du maintien ou du report de la consultation référendaire. En quoi permet-il de suivre l'évolution de l'épidémie ?

Un indicateur clé, dans la gestion de la crise sanitaire. Le taux d’incidence, c’est le nombre de nouveaux cas de Covid détectés durant les sept derniers jours, rapporté à 100 000 habitants. Plus ce taux est élevé, plus il y a eu de personnes contaminées. Plus il est faible, moins il y a d'infectés. Au cœur de l’épidémie, le 26 septembre, le taux atteignait 1 100 cas pour 100 000 personnes. Le 6 octobre, ce taux a baissé à 487 et le 5 novembre, il était de 120.

Un état de la contamination

Bref : le taux d’incidence donne l’état de la contamination du virus, dans le pays, à un instant T. On a donc décidé d’un seuil d’alerte sanitaire. En Calédonie, il est fixé à 100 cas pour 100 000 habitants. Un seuil qui varie en France, selon les régions et les territoires en raison, notamment, de la densité démographique.

Un indicateur parmi d'autres

Mais le taux d’incidence ne suffit pas pour suivre l’évolution de l’épidémie. D’autres indicateurs sont à prendre en compte : le nombre personnes dépistées le nombre de personnes vaccinées, et le taux d’occupation des lits de réanimation pour ne pas atteindre la saturation. Au Médipôle, fin septembre, 56 patients se trouvaient en réa dans un service qui n’en prévoit qu'une vingtaine. Et ce vendredi 5 novembre, le nombres de malades en réanimation est tombé à moins de vingt.