Covid-19 : le taux de chômage a augmenté de trois points en 2020

emploi
Illustration enquete chomage / force de travail
©Isee
Le taux de chômage pour la Nouvelle-Calédonie était de 13,3% en 2020. L’Institut de la Statistique et des études économiques met en exergue une hausse liée à la crise Covid. Les hommes s’avèrent touchés en particulier.

Une perte sèche de 2 900 emplois en 2020. C’est le chiffre que met en exergue la dernière enquête sur les forces de travail en Nouvelle-Calédonie. La faute à la crise sanitaire. Le taux de chômage a augmenté de trois points, par rapport à 2019, pour atteindre 13.3%. Autrement dit, 16 100 personnes recherchaient activement un emploi l’an dernier.

La Calédonie se rapproche du reste de l'Outre-mer

Ce taux "rapproche, et parfois même dépasse, les taux de chômage de certains départements et territoire d’Outre-mer", relève Olivier Fagnot, directeur de l’Isee. "Alors que jusqu’à maintenant, la Calédonie était dans une situation très privilégiée, avec un taux de chômage bien en-deça de ceux observés en Outre-mer."

Un profil en particulier

Dans le détail, les nouveaux chômeurs sont surtout des hommes. Et ils sont jeunes, entre quinze et 24 ans. Cette hausse concerne davantage la population kanak, précise l’Isee. La tendance, qui touche surtout les emplois salariés, a tout de même était limitée par les aides publiques. Sans quoi ce taux serait monté à 14,7%.

27 000 Calédoniens aspiraient à trouver un travail

Mais attention, ces chiffres ne prennent en compte que les personnes au chômage qui sont comptabilisées par le Bureau international du travail. Il y a aussi un peu plus de 11 000 personnes qui souhaitent travailler, même si elles n’ont pas activement fait de recherche d’emploi. Cela signifie qu’en tout, 27 000 Calédoniens souhaitaient trouver un travail en 2020.

Les conditions de travail ont beaucoup évolué

Autre conséquence de la crise sanitaire sur l’emploi, l’évolution des conditions de travail a impacté 4 500 personnes. Concrètement, elles ont été confrontées au chômage partiel dans un tiers des cas (33%). D’autres ont dû travailler à domicile (27%). Et mille Calédoniens ont dû changer d’emploi. 

L'emploi précaire augmente

"On a aussi, pour les personnes qui restent en emploi, une situation plutôt dégradée dans le sens où on constate une augmentation de l’emploi précaire", ajoute le directeur de l'Isee. Traduction : la part des CDD grimpe, ainsi que le temps partiel - qui touche surtout les femmes - et qui, dans deux cas sur trois, est du temps partiel subi.