Cyclope, le cinéma itinérant qui en a sous la pédale

technologies
cyclope cinéma itinérant
©Charlotte Mannevy

Il est l’un des lauréats de l’appel à projets lancé par la Province Sud dans le cadre de son budget participatif 2021. D’ici quelques mois, Terence Barnes pourra sillonner la Calédonie avec Cyclope, un vélo qui se transforme en salle de cinéma.

Il l’a baptisé « Cyclope », parce que le phare d’un vélo lui faisait penser à un projecteur solitaire. Lauréat de l’appel à projet de la province Sud lancé dans le cadre du budget participatif 2021, Terence Barnes réfléchissait depuis des années à créer une petite structure proposant du cinéma familial, mais le déclic s’est fait lorsqu’il découvre par hasard l’association française « Ciné Cyclo », qui a mis au point ce système de cinéma autonome, fonctionnant à la force du mollet.

Ciné sport

Résolument écoresponsable et durable, Cyclope n’utilise pas le réseau électrique mais l’énergie de deux mollets : pour faire tourner le projecteur, il faut en effet pédaler. « A un rythme normal, un adulte va générer environ 100 watts, ce qui est largement suffisant… à condition de pédaler sans s’arrêter plus d’une minute d’affilée » assure Terence Barnes.
 

Ciné itinérant

La génératrice est une simple dynamo qui s’installe sur la roue arrière du vélo, l’écran est pliable : tout le matériel tient donc dans des sacoches, ce qui permettra à Terence d’amener le cinéma au plus près des spectateurs. « Je vais aussi bien pouvoir partir de chez moi et aller dans l’école ou la maison de quartier d’à côté ou bien partir cinq jours dans un endroit plus reculé, moins accessible » explique-t-il.

Côté programmation, Cyclope proposera principalement dans un premier temps des films jeunes publics. Une fois sur pied, Cyclope devrait commencer par sillonner la province Sud, qui souhaite l’utiliser lors d’événements culturels pédagogiques et ludiques. 

Le reportage de Charlotte Mannevy à écouter

reportage ciné vélo

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live