Des appartements relais pour les victimes de violences conjugales

famille
Province sud
Assemblée de la province sud ©Clarisse Watue

La province sud a adopté ce jeudi un dispositif de logements pour les personnes victimes de violences conjugales intrafamiliales. 

Le dispositif a été adopté hier par les élus de la province sud. Cinq logements de la Sic serviront d’appartements relais pour les personnes victimes de violences conjugales. Il s’agit d’appartements avec une, deux ou trois chambres. Ils sont situés dans l’ensemble du parc immobilier du bailleur social.

On pourra accueillir simultanément cinq familles puisque dans un premier temps on va ouvrir cinq appartements, ça fait donc vingt personnes qui pourront être accueillies simultanément.

- Marie Benzaglou, directrice du logement à la province sud

 

Un accompagnement des familles

Les familles en détresse pourront habiter ces appartements pendant 3 ou 4 mois. Elles bénéficieront également de l’accompagnement des travailleurs sociaux pour effectuer les différentes démarches administratives nécessaires, comme les démarches de séparation ou de garde des enfants.

 

Retrouver son autonomie

«On a beaucoup malheureusement d’administratif à faire quand on se sépare et une femme qui se sépare elle a pas forcément la tête à ça, elle sait pas toujours comment faire donc l’idée c’est de la guider pour justement qu’elle puisse prendre toute son autonomie elle et ses enfants et pouvoir être relogée dans un logement classique par la suite que ce soit un logement social ou un logement dans le privé.», détaille Marie Benzaglou, directrice du logement à la province sud. 

 

Un dispositif en place dès janvier 2021

L’objectif étant de les accompagner pour qu’elles puissent libérer l’appartement relai le plus rapidement possible et trouver un nouveau logement pour libérer la place pour une autre famille qui en aurait besoin. Ces appartements pourront accueillir les premières familles dès janvier 2021

Le reportage de Clarisse Watue : 

Des appartements relais pour les victimes de violences conjugales