Des plantes pour capter les métaux

écologie
PLANTES CAPTEUSES DE METAUX
Les scientifiques étudient l'absorption de manganèse par les Grevillea Exul plantés sur les terrains miniers. ©NC1ere
Des recherches sont menées depuis plusieurs années en Nouvelle-Calédonie sur des plantes hyperaccumultarices de métaux. Elles absorbent de fortes quantités de nickel ou de manganèse. Une technologie qui pourrait avoir de l’avenir.
Si le développement de la Nouvelle Calédonie est étroitement lié à  l'extraction minière, des chercheurs pensent déjà à l'après-nickel. 
Des plantes endémiques présentent des vertus qui pourraient bien créer une nouvelle activité économique dans les anciennes mines. 
Ce sont les plantes hyperaccumulatrices de métaux. 
Depuis 4 ans la SLN s'est associée au CNRS et à l'Institut Agronomique Néo-Calédonien qui mènent ces recherches. 
KNS aussi se penche depuis peu sur cette nouvelle technologie.
Ces plantes permettent d'une part de dépolluer les sols des anciennes mines et permettre ainsi une meilleure revégétalisation.
D'autre part, une industrie pourrait se mettre progressivement en place avec la fabrication de catalyseurs à partir des feuilles de ces plantes, à destination d'insdustries chimiques, par exemple dans le domaine de la cosmétique ou de la pharmacologie.
 

Le reportage de David Sigal

Grevillea Exul
Le Grevillea Exul capte le manganèse. http://bit.ly/1oimMmB ©Phytomining info (Antony van der Ent)
Geissois pruinosa
Le Geissois pruinosa absorbe le nickel par ses racines. http://bit.ly/1oimMmB ©endemia.nc (Benoît Henry)



Pour en savoir plus sur la phytoextraction, c'est ici et  ici
 

plante hyperaccumulatrice
La plante absorbe les métaux par ses racines et les concentre dans les feuilles. ©NC1ere

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live