Des stages de sécurité routière pour responsabiliser les conducteurs sans permis

sécurité
Manuel Cellard, formateur en sécurité routière, lors d'un stage destiné aux conducteurs sans permis, mercredi 27 juillet 2022, à Dumbéa
Un stage de sécurité routière a été organisé, mercredi 27 juillet, dans une auto-école de Dumbéa, mais seuls trois des sept conducteurs convoqués s'y sont présentés. ©Nicolas Fasquel / NC la 1ère
Depuis le mois de janvier, 37 personnes sont mortes sur les routes de la Nouvelle-Calédonie. Plusieurs conducteurs sans permis sont impliqués dans ces drames. Les auto-écoles organisent des stages pour anticiper et sensibiliser les conducteurs qui ont commis ce type d'infraction.

Un stage pour conducteurs pris en défaut de permis de conduire s'est tenu, mercredi 27 juillet, à Dumbéa. Sur sept conducteurs convoqués, seulement trois d'entre eux s'y sont présentés. Organisées par les auto-écoles, ces séquences sont pourtant obligatoires et ont été imposées par le tribunal. Tous ont été interpellés par la police nationale ou la gendarmerie alors qu’ils roulaient sans permis.

Ils ont toujours une bonne excuse : une urgence, une course à côté de chez eux, il n'y a personne pour les emmener à leur travail, etc. "Sur le coup, c'était dans l'urgence. Je n'avais pas d'autre moyen que de prendre le véhicule est de partir", confirme un participant, qui témoigne de manière anonyme. Conscient de ne pas avoir respecté une interdiction, celui-ci a pourtant, dans son entourage, des conducteurs sans permis qui sont décédés dans des accidents de la route.

"Des pratiques qui ne sont pas les bonnes"

Les moniteurs d’auto-écoles sont en première ligne dans la lutte contre les incivilités et la mortalité routière. A ce jour, 37 personnes sont décédées sur les routes calédoniennes, depuis le début de l'année, soit 10 de plus qu'à la même date, en 2021. L'absence de permis est un des facteurs qui aggravent cette situation.

"Quand on n'a pas son permis de conduire, c'est qu'on ne connaît pas forcément le code de la route, qu'on n'a pas suivi de formation et donc que l'on va avoir des pratiques qui ne sont pas les bonnes", rappelle Manuel Cellard, formateur en sécurité routière.

Généralement, les causes des accidents sont multifactorielles. Nous sommes parfois sur de la délinquance pure et dure, mais nous sommes, d'autres fois, sur des gens qui considèrent que le permis de conduire n'a pas tant d'utilité que cela, car ils savent manipuler un véhicule

Manuel Cellard, formateur en sécurité routière

Panneaux signalétiques du code de la route
Passer le permis de conduire permet, entre autres, d'intégrer toutes les subtilités du code de la route. ©Nicolas Fasquel / NC la 1ère

Des conducteurs sans permis impliqués dans 35 % à 40 % des accidents mortels

"Ils vont avoir d'autres comportements, en parallèle, parce qu'ils n'ont pas de culture de la sécurité routière. Avoir le permis de conduire, c'est avoir intégré le code de la route, c'est avoir intégré une formation et avoir une base de formation à la sécurité routière", poursuit le formateur.

Chaque année, en Nouvelle-Calédonie, 35 % à 40 % des accidents mortels impliquent des conducteurs sans permis.

Le reportage à Dumbéa de Laurence Pourtau et Nicolas Fasquel :