Le document de l'UC-FLNKS qui fait débat en Calédonie

référendum nouvelle-calédonie 2020
Document de la Comex UC FLNKS, septembre 2020
©NC la 1ere
Il fait le buzz sur les réseaux sociaux : un texte attribué à l'UC-FLNKS, qui évoque les modalités de discussions bilatérales entre les indépendantistes et l'Etat. La classe politique de Nouvelle-Calédonie est mal à l'aise avec ce document qui n'aurait pas dû être diffusé.
Le texte a été dévoilé mercredi par le blog Calédosphère. Il est intitulé «Document de travail Comex - Bilatérales Etat-UC FLNKS - Projet de document d'orientation». Et il rassemble plusieurs pages dans lesquelles certaines orientations indépendantistes sont évoquées en cas de victoire du Oui au référendum du 4 octobre.
 

Réactions vives

Une fuite embarrassante, car on y lit des mots inquiétants, bien loin d'une indépendance assortie d'un destin commun. Les réactions sont déjà vives, et promettent de se multiplier dans les jours qui viennent.
 
Document de la Comex UC FLNKS, septembre 2020
Pierre-Chanel Tutugoro, secrétaire général de l'Union calédonienne. ©NC la 1ere
 

«Dans les propositions des militants»

«La Comex est une structure rattachée au bureau de l'Union calédonienne pour nourrir la réflexion dans la mise en œuvre de ses motions. Mais ce document n'a jamais été traité en commission exécutive. C'est resté dans les propositions des militants», répond le secrétaire général de l'UC, Pierre-Chanel Tutugoro. 
 

Signature

«Tous les documents officiels qui servent de base de travail ou de réflexion dans les structures de l'Union calédonienne ont la signature du secrétaire général. Ce document n'a jamais été signé par le secrétaire général», renchérit l'élu. «On ne sait pas comment c'est arrivé là, mais ça n'a jamais été traité dans les instances du parti.»
 

«Celui qui nous fait le plus de mal»

«Un certain nombre de documents nous sont transmis pour avis, qui parlent de partenariat, d'association et proposent d'autres manières de concevoir la relation avec l'Etat français dans le futur Etat indépendant», assure encore Pierre-Chanel Tutugoro. «Celui qui fait l'objet du partage dans les réseaux sociaux, je pense que c'est celui qui nous fait le plus de mal, c'est pour ça qu'il a été partagé. Je rassure tous les Calédoniens. Ce n'est pas un document de travail de l'Union calédonienne.»
 
Philippe Blaise, Avenir en confiance, septembre 2020
Philippe Blaise, Avenir en confiance. ©NC la 1ere
 

«Impasse idéologique»

«C’est un document qui montre que l’Union calédonienne est dans une forme d’impasse idéologique. Quel que soit le résultat, ils considèrent qu’il n’y a que le FLNKS qui peut discuter avec l’Etat. Qu’on ne peut pas faire autrement que d'aller à l’indépendance», dénonce au contraire l'Avenir en confiance par la voix de Philippe Blaise.
 

«Pas de vrai projet»

«On se demande ce qu’ils feront le lendemain du 4 octobre, quand le Non l’aura emporté. Deuxième constat : on se rend bien compte que l’Union calédonienne n’a aucune idée de comment elle peut gérer l’indépendance sans l’aide de la France», martèle l'élu loyaliste. «Ce qui montre qu’il n’y a pas de vrai projet indépendantiste, d'un point de vue économique et social.» 
 

«Décalage extraordinaire»

Et d'évoquer «un décalage extraordinaire entre ce qui est dit à l’extérieur, auprès des Calédoniens, pour essayer de les rassurer sur le projet d'indépendance - on parle de pluriculturalisme, d’ouverture à tous - alors que ce document, qui est la feuille de route de l’UC, est un document des années quatre-vingts», déclare Philippe Blaise. «Pas du tout en phase avec les trente ans qu’on vient de vivre, le destin commun, l'Accord de Nouméa et la reconnaissance de toutes les communautés.» 

Le reportage d'Erik Dufour et Nicolas Fasquel 
©nouvellecaledonie