publicité

L'histoire du film Boucan

  • Par Karine Boppdupont
  • Publié le

Nouvelle-Calédonie fin du 19ème siècle, le gouverneur Feillet annonce qu’il veut « fermer le robinet d’eau sale » de la pénitentiaire et développer la culture du café en Nouvelle-Calédonie. Vincent Boyer et sa famille s’installent dans la région de La Foa - Canala pour mettre à profit la terre que leur a confiée l’administration. Mais en dépit de l’expansion coloniale, les tabous ancestraux demeurent.  Des indigènes viennent les mettre en garde contre l'aspect « maléfique » d'une partie de leur propriété.
 

L'édito de Nathalie Daly

adjointe à la Direction éditoriale en charge de l'antenne et des programmes TV

C’est un film taiseux, porté par une musique aux accents graves et une photographie somptueuse. La lenteur du rythme, voulue par Alan Nogues apporte à ce long métrage de fiction une dimension dramatique et nous laisse imaginer ce qu’était la vie au plus profond de la brousse du 19ème siècle.
S’inspirant de l’expérience des colons Feillet, le film soulève pourtant des problématiques qui demeurent contemporaines : le racisme, l’incompréhension entre deux civilisations, la violence, les superstitions…
Nouvelle Calédonie la 1ère a voulu apporter son soutien et son aide à un jeune réalisateur prometteur dont on connaissait déjà la maîtrise du documentaire ( Terre de métal ou l’île continent).
En appuyant la première démarche de fiction cinématographique d’Alan Nogues, notre chaîne se veut incubatrice de talents et souhaite contribuer dans une humble mesure au développement d’un 7éme art calédonien. Surtout quand celui-ci recèle bien des promesses.


 

Boucan d'Alan Nogues
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play