L’explorateur qui «a mis l’Australie sur la carte» a été retrouvé

monde
Découverte de la sépulture de Matthew Flinders, site de fouilles de LOndres
C'est sur ce site de fouilles à Londres que la dépouille a été identifiée. ©High speed two limited
Il a été le premier navigateur et explorateur britannique à faire le tour du continent australien. La dépouille de Matthew Flinders, qui a popularisé le nom du pays, a été découverte près d'une des gares londoniennes les plus fréquentées.
C’est en fouillant un vaste lieu de sépulture à Londres, près de la gare de Euston, que des archéologues ont fait une découverte qui résonne jusqu’en Australie. Un plastron funéraire qui signale la dernière demeure de Matthew Flinders, ont-ils expliqué ce vendredi. Le capitaine Flinders de la Royal Navy, inhumé le 23 juillet 1814 à l'âge de quarante ans, est l’auteur d’A voyage to Terra Australia. L’ouvrage a décrit sa circumnavigation de l'Australie en 1802 et 1803, prouvant qu'il s'agissait d'un continent. 
 
Le tour d'Australie de Matthew Flinders.
Le tour d'Australie de Matthew Flinders.
 

«Ténacité» et «expertise»

«Le capitaine Flinders a mis l'Australie sur la carte grâce à sa ténacité et à son expertise en tant que navigateur et explorateur», a déclaré dans un communiqué Helen Wass, l'archéologue chargée de ces fouilles - dans le cadre du chantier de ligne ferroviaire à grande vitesse «High speed two limited» (HS2). L'explorateur a également la réputation d’avoir donné son nom à l'Australie. «Même s'il ne fut pas le premier à utiliser le terme, ses travaux ont popularisé son usage.»
 
Découverte de la sépulture de Matthew Flinders, site de fouilles de LOndres
©High speed two limited
 

Plastron en plomb

Le nombre de dépouilles sur le site est estimé à quarante mille! Les archéologues étaient donc loin d'être sûrs de retrouver celle du navigateur, dont le lieu d'inhumation a fait l'objet de multiples spéculations. «Nous avons eu de la chance, estime Helen Wass. Il avait un plastron en plomb, ce qui signifie qu'il ne pouvait être corrodé.» 
  

Héros pour les uns

Et maintenant? «Nous allons pouvoir étudier son squelette pour voir si la vie en mer a laissé des traces, ce qu'on peut savoir de plus sur lui…» L'explorateur fait figure de héros pour de nombreux Australiens d'origine européenne. Rues, parcs, rivières, chaîne de montagnes… Une foultitude de lieux portent son nom à travers le pays, émaillé de statues en son honneur. Sydney a sa Flinders street. Melbourne aussi, ainsi qu’une gare. Une université s’appelle ainsi à Adelaïde, et son site internet salue d’ailleurs la découverte des archéologues. 
 
Inauguration d'une statue de Matthew Flinders à Adelaïde.
Inauguration d'une statue de Flinders à Adelaïde. ©Flinders university / Brenton Edwards
 

Annonciateur d'un désastre pour les autres

Celle-ci est annoncée à la veille de la fête nationale, toujours controversée: l’Australian Day commémore l'arrivée des premiers colons britanniques en 1788 dans le pays où vivaient les Aborigènes et indigènes du détroit de Torrès depuis des dizaines de milliers d'années. Aux yeux de nombreux Australiens, le débarquement de la Première flotte britannique et les incursions de navigateurs comme le capitaine Flinders ont annoncé la destruction des sociétés et cultures aborigènes.
 

Bungaree

La controverse est alimentée par le rôle joué par un aide aborigène de Flinders, nommé Bungaree. Largement éclipsé par le capitaine britannique, il joua, selon les historiens, un rôle crucial pour le succès de ses voyages.

En complément, ce montage réalisé par les tenants du projet HS2.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live