Guerre en Ukraine, axe indopacifique, soutien de l’Europe en Calédonie : Sujiro Seam, ambassadeur de l’Union européenne dans le Pacifique

invités de la rédac
Sujiro Seam, ambassadeur de l'Union européenne dans le Pacifique, en mission en Calédonie, le 9 mars 2022
Sujiro Seam, ambassadeur de l'Union européenne dans le Pacifique. ©Nouvelle-Calédonie la 1ère
Sujiro Seam, l’ambassadeur de l’Union européenne dans le Pacifique, était l’invité de la matinale radio du mercredi 9 mars. Une UE présente dans la région sur les plans diplomatiques et économiques, des axes qui prennent plus d’ampleur encore dans le contexte actuel de la guerre en Ukraine.

Entre le conflit qui agite l’Europe depuis le 24 février, le renforcement de l’axe indopacifique et les programmes financés par le 11ème Fed (le fonds européen de développement), les sujets d’intérêt ne manquent pas pour l’Europe, dans la région en général et en Calédonie en particulier. Retrouvez quelques-uns des sujets abordés dans l’entretien.

L’Ukraine, si loin, si proche…

L’Europe de la défense est née. La guerre déclenchée par la Russie en Ukraine en est la cause. Et le Pacifique est concerné, affirme Sujiro Seam. "Le Pacifique est très attaché à la paix mondiale, le Pacifique est très attaché à la défense d’un ordre multilatéral, le Pacifique est dépendant de l’économie mondiale. Donc le Pacifique est concerné". Et la résolution prise par l’assemblée générale des Nations Unies pour condamner l’agression russe a reçu le soutien unanime des pays insulaires du Pacifique. "C’est la seule région du monde où l’on a réussi à obtenir un soutien unanime."

L’axe indopacifique prend vie

Dans l’Union européenne, la France, l’Allemagne et les Pays-Bas sont les trois Etats membres à avoir une stratégie indopacifique. Depuis septembre 2021, l’Europe a lancé sa propre stratégie . "C’est la première fois que l’UE se dote d’une stratégie dans cette région du monde", souligne Sujiro Seam. Concrètement, cette politique s’est déjà matérialisée par l’aide apportée par l’Union européenne aux îles Tonga après l’éruption du volcan. Une aide coordonnée par Bruxelles et la France, au départ de la Calédonie et de la Polynésie.

Et en Nouvelle-Calédonie ?

"L’intervention de l’Union européenne en Nouvelle-Calédonie est de trois ordres. Nous avons un appui budgétaire territorial, de l’argent qui vient du contribuable européen, et qui est versé au budget de la Nouvelle-Calédonie." S’ajoute la part régionale du Fed pour 4,3 milliards de francs à destination de la Calédonie, de la Polynésie et de Wallis-et-Futuna. La Communauté du Pacifique coordonne ce projet baptisé Protège sur des sujets liés à la gestion durable des écosystèmes.

Fin du projet en 2022 avant d’enchainer sur de nouveaux sujets. Enfin, l’Union européenne intervient sur des projets thématiques, sur la sécurité alimentaire par exemple. "L’organisation qui a gagné cet appel à projet, c’est l’Université de la Nouvelle-Calédonie." Une autre manifestation concrète du rôle de l’UE en Calédonie.  

Un entretien à retrouver dans son intégralité ici.