Hôpitaux et cliniques font front commun contre le covid-19

coronavirus
Coronavirus Médipôle
Sur le volet sanitaire, les acteurs s’organisent pour faire face au coronavirus. Hôpitaux, cliniques et même hôtels sont mobilisés, afin d’absorber une éventuelle montée en puissance des malades.
Pas de son, pas d’image ce jeudi au Méridien de Nouméa, où les journalistes n’étaient pas les bienvenus. Ce matin, l’hôtel a été réquisitionné par les autorités, pour servir de quarantaine. En clair, cet établissement ainsi que d'autres hôtels de Nouméa, accueilleront tous les passagers débarquant à l'aéroport de la Tontouta, sans exception (résidents et non-résidents), durant quatorze jours. 

Des navettes seront affrétées pour les acheminer sur leur lieu de quarantaine. Les familles de ces passagers ne pourront ni les voir, ni les véhiculer.
Coronavirus Méridien
Le personnel et les clients ont quant à eux été priés de quitter les lieux. « Ils nous ont simplement dit qu’ils réquisitionnaient l’hôtel. Ils ne nous ont pas dit ni pourquoi, ni comment, ni pour combien de temps. C’est tout. On doit être parti à 11 h, c’est-à-dire dans quelques minutes et nous irons ensuite en bus vers un autre hôtel », assure un touriste de Sydney. 
 

Visites interdites au Médipôle

Médipôle Coronavirus
Le médipôle s’impose comme la locomotive de ce dispositif de crise. C’est au sein de l’établissement que sont suivis les patients porteurs du Covid-19 et que seront réalisés les dépistages, sous une tente, à proximité des urgences. Autre mesure mise en œuvre depuis ce jeudi : les visites sont interdites. « Ce matin je suis venue avec l’ambulance accompagner mon neveu car il a eu un accident ce matin. En arrivant ici je n’ai pas pu rentrer », regrette la tante d'un malade. 
 

Kuindo-Magnin sur le pont

A quelques kilomètres de là, la clinique de Nouville est elle aussi sur le pont. Elle vient en renfort du Médipôle, qui reste le centre référent pour l’accueil des patients atteints du Covid-19 précise Loïc Frétard, directeur d’exploitation de la clinique Kuindo-Magnin. « L’hôpital va avoir besoin de places à un moment donné de la propagation de l’épidémie. Dès a présent, nous nous organisons avec l’hôpital, pour libérer des places à la clinique et permettre l’accueil de patients non covid à la clinique. Il s'agira quand même d'une hospitalisation en établissement de santé ». 

La clinique va donc revoir entièrement son planning. Toutes les opérations chirurgicales non urgentes seront déprogrammées. 

Le reportage de Coralie Cochin et Claude Lindor :
©nouvellecaledonie