publicité

IFM-NC : les objectifs en matière de recrutement ne sont pas atteints selon la chambre territoriale des comptes

La Chambre territoriale des comptes a examiné la gestion de l’institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie, pour les années 2009 et suivantes. Si la situation financière de l’établissement est plutôt saine, des dysfonctionnements sont épinglés.

© NC1ère
© NC1ère
  • Caroline Moureaux/Isabelle Peltier
  • Publié le
Si l’on devait grossièrement résumer l’analyse de l’IFM par la chambre territoriale des comptes, on pourrait dire que l’établissement manque sa cible : celle du recrutement de jeunes Calédoniens de niveau baccalauréat.
Aujourd’hui, l’âge moyen des lauréats du concours est de 31 ans et la proportion de bacheliers seulement de 56%. Le concours, trop sélectif pour un niveau bac, profite surtout à un public qualifié de « restreint » par la CTC, majoritairement originaire du Grand Nouméa.
Pour autant, les besoins en personnel enseignant ne sont pas couverts. Ainsi, les provinces et l’enseignement privé recourent à des contractuels qui, faute de titulaires, finissent par rester définitivement en poste. Mais, soulève la CTC, cette solution est insatisfaisante, car leur niveau de formation est insuffisant.
 

La chambre territoriale des comptes a également relevé plusieurs points concernant le fonctionnement de l’Institut de formation des maîtres.

 
Premier constat : le nombre d’élèves de l’IFM-NC a fortement diminué au cours des dernières années. A la rentrée 2015, ils étaient seulement 136. Conséquence, le nombre d’heures dues par les formateurs - réduit de moitié entre 2009 et 2015 - n’est pas atteint. Ces heures non-effectuées se traduisent par des dispenses de service, parfois irrégulières, et/ ou par le maintien de la rémunération.
Deuxième constat : la seconde mission assurée par l’IFM, celle de la formation continue des maîtres, accuse quelques dysfonctionnements.
En revanche, la formation au Certificat d’aptitude aux actions pédagogiques spécialisées de l’adaptation et de l’intégration scolaire, le CAPA SH, fonctionne bien.
Autre point faible relevé par la CTC : l’IFM-NC n’évalue pas la qualité des enseignants qui sortent de son circuit de formation.
Sur le plan du fonctionnement, la chambre territoriale des comptes pointe du doigt des statuts obsolètes, et des défaillances comptables liées à l’absence d’un règlement budgétaire et financier.
Pour la CTC encore, la situation financière de l’IFM, excédentaire, peut continuer d’être ajustée. Son budget moyen depuis 2009 est évalué à 311 millions de francs pacifique et sa trésorerie importante peut être revue à la baisse…
En guise de conclusion, la chambre territoriale des comptes émet une recommandation unique : celle de recruter des stagiaires en plus grand nombre, après le baccalauréat. Et de déplacer le concours à la sortie du cycle de formation de trois ans de l’IFM.
 
Le rapport de la chambre territoriale des comptes est à lire ici
l'IFM-NC

L’institut de formation des maîtres de Nouvelle-Calédonie, l’IFM-NC, a pour mission la formation initiale et continue des instituteurs.
Les lauréats du concours, de niveau baccalauréat, effectuent une formation sur trois ans. La formation initiale des professeurs des écoles est elle, confiée à l’université.
le site de l'IFM-NC, c'est ici

Sur le même thème

  • formation

    Comment lutter contre l’illettrisme en entreprise ?

    Le Fiaf, le fonds interprofessionnel d’Assurance Formation, une association qui accompagne les entreprises, a demandé un diagnostic sur l'illettrisme en entreprise. La dernière étude d’IVQ sur le sujet date de 2013 : un Calédonien sur cinq était en situation d’illettrisme. 

  • formation

    Cadres avenir célèbre ses trente ans

    Depuis 1989, 1782 Calédoniens sont passés par le programme 400 cadres devenu ensuite cadres avenir. Un dispositif de formation visant au rééquilibrage et à l’accession des kanak aux responsabilités, principalement dans la fonction publique. 

  • formation

    Erasmus+ : voyager gratuitement en Europe

    Le programme vise à donner aux jeunes de moins de 30 ans, avec ou sans diplôme, la possibilité de séjourner à l’étranger pour renforcer leurs compétences et accroître leur employabilité. Une mission d'information a débuté cette semaine.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play