Inauguration d'une fresque murale peinte par les élèves du lycée Escoffier

art
Inauguration d'une fresque murale peinte par les élèves au lycée Escoffier
©Sheima Riahi
Des élèves d'une classe de terminale "CAP opérateur logistique" ont laissé parler leur créativité sur les murs de leur lycée. Le résultat de 20 heures de travail sur le thème des langues vivantes: "De l'Espagne au Japon". De quoi nous faire voyager.
Redonner vie à un bâtiment vieux de 70 ans, c'est le défi lancé il y a quelques mois par Valérie Seibel à ses élèves d'Escoffier.
 

Valoriser les talents

Le professeur d'Arts appliqués à fait découvrir une passion à ses élèves, qu'ils ne soupçonnaient même pas.
 

Il y a énormément de talents, ces jeunes sont des artistes mais en fait ils ne le savent pas. En les faisant travailler sur ce genre de projet, ils se découvrent. On travaille sur des qualités qu'ils acquièrent et qu'ils pourront ensuite transférer dans leur vie ou à d'autres cours.
-Valérie Seibel, professeur d'Arts appliqués

 

Une fresque peinte  en deux temps

Inauguration d'une fresque murale peinte par les élèves du lycée Escoffier
©Sheima Riahi


Suite à la crise Covid, les élèves ont commencé à déssiner avant le confinement, puis sont revenus trois semaines plus tard terminer leurs oeuvres.
 

Pendant le confinement, on est venu tout déssiner toute la fresque au feutre noir. Après, quand on est revenu du confinement, on a attaqué à faire toute la fresque avec les peintures pendant aumoins neuf séances.
-Nathanael Darkis, élève à Escoffier 


Inspirée de plusieurs artistes

Inauguration d'une fresque murale peinte par les élèves au lycée Escoffier
©Sheima Riahi

Une fresque XXL peinte à l'acrylique. Elle est inspirée d'oeuvres d'artistes sud-américains comme l'icône rebelle Frida Khalo, l'espagnol Juan Miro ou encore les peintres japonais Hokusai et Takashi Murakami. 

L'an dernier une autre fresque avait déjà été réalisée sur les murs de l'enceinte militaire à proximité du lycée Escoffier. D'autres oeuvres pourraient voir le jour au sein de l'établissement.

Le reportage de Shaïma Riahi et Kaia Tiu
©nouvellecaledonie
Les Outre-mer en continu
Accéder au live