Isabelle Champmoreau, portrait de l'unique femme de ce 17ème gouvernement

gouvernement de nouvelle-calédonie
Isabelle Champmoreau unique femme du gouvernement
Isabelle Champmoreau, aux côtés de ses colistiers Yoann Lecourieux et Christopher Gygès (AEC) lors de l'élection mercredi du 17ème gouvernement. ©NC La 1ère

Membre du gouvernement démissionnaire, Isabelle Champoreau rempile pour un nouveau mandat, toujours sous l’étiquette Avenir en Confiance. A bientôt 46 ans, cette enseignante de formation a déjà un long parcours en politique derrière elle. 

Petite fille de l’ancien directeur d’école Guy Champmoreau, Isabelle Champmoreau a fait ses classes, elle aussi, dans l’enseignement. Institutrice de formation, cette quadragénaire à la personnalité discrète mais travailleuse fait ses armes en politique à la fin des années 1990 au sein du RPCR qui deviendra le Rassemblement. Elle est conseillère municipale de Nouméa dès 2001 (sous Jean Lèques) puis adjointe au maire jusqu’en 2014

Rencontres politiques 

Femme de terrain, elle dit aimer la proximité avec les Calédoniens. Elle cumule de l’expérience, glanée au fil de ses rencontres politiques. Tout d'abord Pierre Bretegnier, dont elle est fut la collaboratrice à la province Sud, puis Annie Beustes au gouvernement ou encore le  sénateur Pierre Frogier, dont elle fut la suppléante de 2011 à 2017. 

Isabelle Champmoreau unique femme du gouvernement
©NC La 1ère

Naissance du MPC  

En 2013, elle participe à la fondation du Mouvement républicain calédonien (MPC), alors présidé par Gaël Yanno. Membre du gouvernement d’Harold Martin en 2007, Isabelle Champmoreau prend à bras-le-corps des responsabilités dans divers secteurs.

Puis, lorsqu’elle est membre du 14ème gouvernement, elle prend encore de l’ampleur politique avec, dans son portefeuille, la protection sociale, la solidarité, la politique familiale et enfin la protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse. 

Enseignement, famille, handicap 

Réélue au sein du gouvernement Santa en 2019, elle est en charge de l’enseignement, du handicap, de la famille, de la lutte contre les violences intra familiales et du bien-être animal. 

Très sportive, elle estime d’ailleurs que c’est un atout nécessaire « pour résister en politique ». Elle est aujourd’hui l’unique représentante feminine au sein de ce 17ème gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, au grand dam des associations de femmes qui se sont mobilisées, mercredi, route des artifices, pendant l'installation du nouvel exécutif.