Justice : Thierry Cornaille sous le coup d'une enquête

justice
Thierry Cornaille
Thierry Cornaille, porte-parole du gouvernement de Nouvelle-Calédonie ©Martine Nollet (NC1ère)
L’information est confirmée par le procureur de la République. Une enquête préliminaire est bien en cours. L’ancien membre du gouvernement en charge du budget aurait participé au vote d’une subvention en faveur de l’association « Ensemble pour la planète ». 

 Pour ne pas s'être abstenu lors du vote d'une subvention Thierry Cornaille devrait bientôt être entendu par les juges. L'ancien membre du gouvernement (il a présenté sa démission lundi), avait pris part avec les autres membres du gouvernement au vote d'une subvention octroyée à EPLP, association présidée par Martine Cornaille son épouse. Le montant de cette aide (cinq millions de francs CFP sur deux ans), n'avait rien d'exceptionnel.
 

Risque d'ingérence

Mais les faits, s'ils sont confirmés, poseraient un problème au regard de la loi de 2013 sur la transparence de la vie publique. Ils pourraient relever du délit d’ingérence.
Après  l’auteur de la plainte, Harold Martin, plusieurs personnes pourraient être entendues dans ce dossier à commencer par Thierry Cornaille lui-même.
L'évocation dans la presse des faits associés à la démission de Thierry Cornaille avait provoqué la réaction indignée d'une grande partie du Gouvernement toutes tendances politiques confondues. 

Martine Cornaille contre-attaque

De son côté la présidente de l'association "Ensemble pour la planète" a vivement réagi dans un communiqué. Faisant le rapprochement entre la plainte déposée par Harold Martin et le contentieux né des suites de l'affaire de l'Office des Postes. Le Conseil d’administration de l’OPT présidé par M. Cornaille s’est porté partie civile pour le remboursement des frais d'avocat réglé par l'OPT... Martine Cornaille évoque une vengeance personnelle.