Noël : les communes s'illuminent !

noël
61afe1611301a_263686624-1032027274041306-5981487208623009222-n.jpg
Les illuminations et décorations de Noël ont débuté dans certaines communes. Zoom. ©Stéphanie Chenais / NC la 1ère
Plus que 17 jours avant Noël. Des fêtes un peu perturbées par la crise sanitaire et l’agenda politique. Mais dans certaines communes, les animations ont déjà commencé.

Impossible de le rater, avec toutes ses guirlandes clignotantes. À Koutio, le refuge du Père Noël a ouvert officiellement ses portes hier soir. Mais, cette année, Sébastien et Sylvain ont dû s’adapter pour accueillir le public.

On allume à 19 heures, jusqu’à 22 heures. Comme ça, cela laisse le temps aux personnes de rentrer chez elles avant le couvre-feu. Le pass n’est pas obligatoire pour venir, il faut juste respecter les gestes barrières.

Sébastien et Sylvain, refuge du père Noël

 

 

À l’Anse-Vata, à Nouméa, les Martin émerveillent des milliers de Calédoniens depuis 29 ans. Ils ont aussi dû faire des concessions. La maison de Michèle et Raymond est ouverte depuis une semaine.

Nous ne pouvons malheureusement pas ouvrir le jardin au public, mais toute la villa est décorée à l’extérieur et les enfants seront quand même gâtés et il y aura la présence du père noël. Les gens

Michèle et Raymond, propriétaires de la maison de Noël

 

Des guirlandes et des décorations avec une saveur particulière cette année, d’après Sébastien : “Dimanche on a allumé quelques instants, mais tu sens dans les  paroles et le regard des gens, cette envie de se déconnecter de ce qu’il se passe dans l’actualité.”

À Nouméa, des illuminations sont déjà en place sur la place des cocotiers et sur les baies, mais pas de fête de la lumière en grande pompe comme les années précédentes. Et malheureusement, on sait déjà que le feu d’artifices est annulé pour le Nouvel an. Reste à savoir si le père Noël pourra passer voir les enfants le soir du réveillon.

À noter également pour les habitués, malheureusement pas de maison du père Noël chez la famille Ludeau à Koutio,  là encore à cause de la crise sanitaire.

Les précisions de Stéphanie Chenais