nouvelle calédonie
info locale

L'actualité dans le Pacifique

océan pacifique
breves du pacifique
En bref, l'actualité dans le Pacifique, jeudi 18 aout 
Au Vanuatu, 11 anciens ministres et députés sont reconnus coupables de délit d'entrave à l'exercice de la justice.
 
L'ancien président du Parlement vanuatais, Pipite Marcellino.
L'ancien président du Parlement vanuatais, Pipite Marcellino. © Supplied / Government of Fiji

Les faits remontent à octobre 2015 : alors que le vice-Premier ministre de l'époque, Moana Carcasses, et 13 autres élus venaient d'être condamnés pour corruption, l'un d'entre eux, le président du Parlement, Pipite Marcellino, avait profité de l'absence du président de l'archipel pour gracier tout le monde. Leur répit fut de courte durée : dès son retour au Vanuatu, le président Baldwin Lonsdale a révoqué les grâces. 
Ils viennent donc d'être condamnés par la cour suprême pour ces faits, mais leurs peines n'ont pas encore été prononcées. Ces anciens députés purgent déjà des peines de 3 à 4 ans de prison pour corruption.
Précisons que Moana Carcasses, Steven Kalsakau et Serge Vohor ne sont pas condamnés pour entrave à l'exercice de la justice ; ils n'ont pas participé à la réunion lors de laquelle l'idée de « s'auto-gracier » a été discutée.
 
 
L'Australie a renvoyé six demandeurs d'asile srilankais, qui tentaient de rejoindre le pays par la mer. « Ce renvoi prouve que notre politique stricte de protection des frontières n'a pas et ne va pas changer », souligne le ministre australien de l'Immigration, Peter Dutton. Il précise que c'est le gouvernement srilankais qui les a avertis de l'arrivée du bateau. 
La politique australienne qui consiste à repousser les bateaux transportant des demandeurs d'asile est controversée. Plusieurs groupes de défense des droits de l'homme, dont Amnesty International, estiment qu'elle est illégale.
 
 
C'est le « secret le plus honteux » de la Nouvelle-Zélande, d'après le Guardian : un tiers des enfants du pays vivent sous le seuil de pauvreté. Autrement dit, 300 000 enfants vivent dans des familles pauvres, qui gagnent moins de 60% du revenu médian national (28 000 dollars néo-zélandais par an). « Il est intéressant de voir que le monde pense que la Nouvelle-Zélande est un pays idéal. Mais il est encore plus intéressant de constater qu'on croit aussi, nous-mêmes, en ce mythe », commente Hirini Kaa, pasteur anglican et membre du comité de gestion du Groupe d'action contre la pauvreté des enfants.
Avant les élections de 2014, le Premier ministre, John Key, avait assuré que la lutte contre la pauvreté des enfants ferait partie des priorités de son gouvernement.
 
 
Toujours en Nouvelle-Zélande, la petite ville de Havelock North est en proie à une épidémie massive de gastro-entérite. Des centaines de personnes ont consulté leur médecin et deux malades ont été admis en soins intensifs à l'hôpital. Toutes les écoles de la ville ont été fermées. La cause précise de développement de cette épidémie n'est pas encore connue, « mais il est évident que les réserves d'eau potable de la ville ont été contaminées », explique le maire de Havelock North, Lawrence Yule. En attendant d'en savoir plus, la mairie a décidé d'ajouter du chlore dans l'eau et elle conseille aux habitants de faire bouillir l'eau du robinet par mesure de précaution.
Publicité