L’Etat et les banques veulent rassurer les Calédoniens avant le référendum

finances
Banques. Tarifs bancaires
©NC1ere
Rien de changera au lendemain du 12 décembre. La monnaie et le système bancaire resteront inchangés durant la période transitoire. Et les guichets seront bien approvisionnés.

"Le lundi 13 décembre sera un lundi comme un autre" : tels sont les mots de l’Etat et du monde bancaire qui indiquent que toutes les dispositions ont été prises pour alimenter distributeurs et guichets au lendemain du scrutin référendaire. Quel que soit le résultat de la consultation, la monnaie et le système bancaire resteront, assurent-ils, inchangés durant la période transitoire. Une tentative à peine voilée de lutter contre la fuite des capitaux.

"La vie continue"

Rien de changera au lendemain du 12 décembre. La monnaie et le système bancaire resteront inchangés durant la période transitoire. C’est ce qu’a réaffirmé aujourd’hui l’Etat, par la voix du haut-commissaire Patrice Faure:
"Deux dates : le 12 décembre, et au plus tard le 30 juin 2023. Mais entre temps, la vie continue, exactement comme avant, dans les mêmes conditions, la parité est la même."
Même monnaie, même parité et même convertibilité. Le taux de change fixe avec l'euro restera inchangé. 

Conf haussariat banques et monnaie après référendum
©Louis Perin

Des milliards réinjectés par l’IEOM

Côté politique monétaire, l’IEOM, continuera à approvisionner et soutenir les réseaux bancaires. Depuis 2019, l’IEOM a injecté en Calédonie 100 milliards de francs CFP.
"Tout dernièrement, pas plus tard que vendredi dernier, notre conseil de surveillance qui est l’instance de décision de l’IEOM, a pris la décision de réinjecter 25 milliards de lignes de financements sur la zone Pacifique" indique Yann Caron, le directeur de l’institut d’émission d’Outre-mer. "Et on sait très bien que ce seront principalement les banques de Nouvelle-Calédonie qui vont les souscrire, le tout sur une durée de 36 mois, qui donnent de la profondeur et de la durée donc de la stabilité financière et économique puisqu’elles dépassent largement la période du référendum, et même les 18 mois de période de transition qui interviendront après le référendum".
Concernant d’éventuelles craintes de fuites de capitaux, Yann Caron se veut aussi rassurant : "On n’a pas de craintes particulières, on ne l’a pas observée durant les référendums précédents, on ne l’observe pas actuellement, on suit tout cela de très près".

Les guichets et distributeurs seront approvisionnés

Inutile de se ruer également sur les distributeurs ou dans les agences bancaires au lendemain de la consultation. Il y aura un renforcement des approvisionnements. Pareil pour les agences de l’OPT.
"Nos 53 agences, 79 distributeurs qui sont répartis sur tout le territoire, et nos 120 guichets seront ouverts et approvisionnés" assure Philippe Gervolino, le directeur général de l’OPT.  "Pour la sécurité, les mêmes dispositifs que ceux que l’on connaît aujourd’hui pendant la période du Covid, ni plus, ni moins".  
Enfin l’Etat prévient. Toutes les dispositions ont été prises pour dissuader toute tentative de braquage.
Le reportage de Dave Waheo-Hnasson et David Sigal

©nouvellecaledonie