publicité

Le meurtre de Kaméré aux assises

Michel Apikaoua comparait à partir de ce 29 juin pour meurtre et triple tentative de meurtre par arme à feu. Le 17 octobre 2013, ce drame sur fond d’alcool et de violences conjugales a coûté la vie à un jeune homme de 19 ans. 

© NC1ere
© NC1ere
  • Angélique Souche (CM)
  • Publié le , mis à jour le
C’est au petit matin, que la tragédie se noue. Michel Apikaoua âgé alors de 25 ans rentre chez lui après une nuit passée dehors à boire avec 4 autres jeunes hommes. Une dispute violente éclate avec sa compagne, au point que la jeune femme s’enfuit du domicile et se réfugie dans un petit commerce du quartier. Il la poursuit et les coups continuent de pleuvoir.
Alertés par les cris, les quatre compagnons de beuverie s’interposent et immobilisent Michel Apikaoua. La femme s’échappe, les jeunes retournent quelques mètres plus loin se poser sur une butte. Mais l’homme violent, fou de rage rentre chez lui, se poste à la fenêtre du premier étage, épaule sa carabine 22 long rifle, vise les 4 jeunes et tire. Il fait deux victimes, dont Charles Uédré, 19 ans, touché à la tête. Il succombera à ses blessures. 
 

L’horreur ne s’arrête pas là

Le tireur fou continue de tirer sur d’autres passants du quartier. Il serait ensuite descendu de chez lui, toujours armé, pour tirer une seconde fois à bout portant sur Charles Uédré, déjà à terre, avant d’être interpellé par les forces de l’ordre. 
 
Au total, Michel Apikaoua a tiré au moins 8 cartouches, tué une personne et en a blessé 3 autres. 
Michel Apikaoua comparait sous mandat de dépôt. Son procès est programmé sur trois jours. Victimes et familles des victimes, au total cinq personnes se sont portées parties civiles.  
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play