Le haut-commissaire de la République Patrice Faure annonce le maintien du référendum au 12 décembre

référendum
Vue de Calédonie, les relations entre la Calédonie et l'archipel sera l'un des enjeux du référendum
Bulletin lors d'une précédente consultation référendaire. ©Gaël Detcheverry / NC La 1ère
En déplacement à Ponérihouen, Patrice Faure a annoncé que le référendum aura bien lieu le 12 décembre prochain. Une décision prise par le gouvernement national dans la nuit du jeudi 11 au vendredi 12 novembre pour nous.

La demande de report du 3e référendum faite par les indépendantistes auprès du ministre est donc restée lettre morte. Ce vendredi 12 novembre, le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie a annoncé en personne au secrétaire général de l'Union calédonienne, Pierre-Chanel Tutugoro, que le référendum aurait lieu le 12 décembre.

Annonce maintien référendum ©Nathan Poaouteta

La non-participation indépendantiste confirmée

Le 20 octobre dernier, le BP du FLNKS avait indiqué que le front de libération ne participerait au scrutin si celui devait être maintenu à cette date. Une décision confirmée ce mardi par l'ensemble des mouvements indépendantistes réunis en « comité stratégique indépendantiste de non-participation. »

Interrogé ce vendredi midi sur notre antenne radio, Daniel Goa a confirmé cette consigne de non-participation : "Tous les porteurs du Oui se sont mis d'accord pour ne pas aller aux urnes le 12. On reste sur notre consigne parce qu'on ne se sent pas concernés par ce référendum. Il faut encourager les gens du Oui à rester chez eux." Il a également réaffirmé que les maires indépendantistes étaient invités à ouvrir les bureaux de vote, même si eux-même ne participent pas.

Tous les porteurs du Oui se sont mis d'accord pour ne pas aller aux urnes le 12. On reste sur notre consigne parce qu'on ne se sent pas concernés par ce référendum.

Daniel Goa

 

Le président de l'Union calédonienne estime par ailleurs que des troubles ne sont pas à exclure : "En 1984 -1988, le FLNKS était bien écouté et les consignes étaient suivies à la lettre, ce n'est plus le cas aujourd'hui. On l'a vu pour l'usine du Sud, cela risque d'être le cas."

Le résultat devrait également être contesté, à en croire Daniel Goa : " Si l'Etat s'entête à vouloir maintenir la validité de ce résultat, hé bien ça ne se passera pas comme ça. Il va falloir mettre un terme à 100 ans de colonisation." 

Si l'Etat s'entête à vouloir maintenir la validité de ce résultat, hé bien ça ne se passera pas comme ça. 

Daniel Goa

 

La réaction de Daniel Goa

 

Satisfaction des non-indépendantistes

Les non-indépendantistes s'étaient de leur côté à plusieurs reprises exprimés pour le maintien de la date du 12 décembre. "Le chef de l’Etat en respectant sa parole et en ne cédant pas aux caprices et aux menaces des indépendantistes nous a démontré qu’il tenait à la Calédonie et qu’il l’aimait, s'est félicitée Sonia Backès sur sa page Facebook. Le 12 décembre, nous irons voter Non à l’indépendance, en sécurité, pour ouvrir enfin une nouvelle page de la Nouvelle-Calédonie."

Pour Christopher Gygès, directeur de campagne des Voix du Non, "C'est une vraie satisfaction, on remercie l'Etat d'avoir pris ses responsabilités. On continue notre campagne. C'est un vote qui offre de vraies perspectives aux Calédoniens. On regrette la décision des indépendantistes de ne pas être au rendez-vous de ce moment important pour la Nouvelle-Calédonie."

On regrette la décision des indépendantistes de ne pas être au rendez-vous de ce moment important pour la Nouvelle-Calédonie.

Christopher Gyges, directeur de campagne des Voix du Non

La réaction de Christopher Gygès

Retrouvez les réactions du camp loyaliste ici.