Le parcours du confinement ou comment faire bouger les enfants en restant dans son appartement

coronavirus
parcours obstacles enfant
©Myriam Watue
Pour les parents de jeunes enfants, comme Myriam, ce confinement pourrait peut-être ressembler au parcours du combattant. Etant de nature optimiste, la jeune maman s'en est inspirée pour vous proposer une activité !


Imaginer un parcours d'obstacles avec les moyens du bord


Dans sa maison  Myriam a trouvé des obstacles parmi les objets du quotidien : des peluches pour les haies, la table et les chaises pour le tunnel, une bassine avec une balle pour le lancer, des tapis de jeux pour signaler l'étape "pompe", un petit punching-ball gonflable pour finir.
Ficelles, plots, planches, pommes à croquer dans une bassine d'eau, course avec un oeuf tenu dans une cuillère... Il y a autant d'idées que l'imagination le permet.

D'autres idées d'activités ici.
parcours enfant
©Myriam Watue
 

De 3 à 7 ans 

  • Utiliser l’ensemble des verbes d’action du répertoire moteur : marcher, courir, sauter, et se déplacer dans des formes d’actions inhabituelles remettant en cause l’équilibre (sauter, grimper, rouler, se balancer, se déplacer à quatre pattes, se renverser...).
  • Varier les formes de déplacement (courir, sauter, lancer de différentes façons) en utilisant la créativité, l’imagination et les repères sensoriels.
  • Comprendre et utiliser un vocabulaire spécifique à la motricité : loin/près ; avant/après ; haut/bas ; rapide/lent, fort/ doucement, pousser/tirer… au schéma corporel (nommer les différentes parties du corps). 
 

De 7 à 11 ans

  • Complexifier et faire varier les actions motrices et les types d’efforts (force, vitesse, poids, espace, durée, régularité).
parcours obstacles enfant
©Myriam Watue
 

EXEMPLE DE PARCOURS MOTEUR


Partir à un signal sonore en respectant l’ordre du parcours et les consignes
1. Courir vite en ligne droite pendant 4 à 5 secondes jusqu’au cerceau.
2. Délimiter une zone d’élan et sans en sortir, lancer dans une bassine une balle
3. Depuis cette même zone, sauter le plus loin possible, sans élan, par-dessus une rivière matérialisée par un jalon.
4. Solliciter une forme de déplacement selon l’empreinte au sol (main : marcher à 4 pattes / pied : marche à cloche-pied / flèche : s’accroupir / cercle : tourner sur soi-même).
5. Se déplacer dans la zone carrée en imitant un animal (lapin, grenouille, chat...).
6. Ramper dans le tunnel puis retourner au point de départ.