Les brèves du Pacifique

océan pacifique
PNG
Un policier papou fait face aux étudiants. ©Reuters / PNGFM News
Le calme est revenu dans Port-Moresby... Au Vanuatu, le Premier ministre promet la tenue d'un référendum sur les changements constitutionnels... Les Tonga et la Chine signent un accord d'exemption mutuelle de visa...
Le calme est revenu dans Port-Moresby, la capitale de Papouasie-Nouvelle-Guinée, après les violences de mercredi. La plupart des magasins avaient rouvert leurs portes vendredi et les bus recommençaient à circuler. Mais la tension est toujours palpable. Les cours doivent reprendre mardi, comme prévu, à l'université de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le président de l'établissement, Nicholas Mann, s'attend à voir de « nombreux étudiants retourner en classe, la plupart d'entre eux n'ayant pas été impliqués dans les troubles de mercredi dernier ». Mais les représentants des étudiants se disent « traumatisés » par les événements, et ils envisagent un retrait massif de l'université. Au moins trois enquêtes ont déjà été ouvertes. Rappelons que la police a ouvert le feu sur les étudiants qui voulaient se rendre au Parlement pour demander la démission du Premier ministre, Peter O'Neill, accusé de détournement de fonds publics.
 
Au Vanuatu, le Premier ministre promet la tenue d'un référendum sur les changements constitutionnels qu'il veut introduire. Charlot Salwaï annonce la mise en place d'un comité d'examen constitutionnel chargé de déterminer comment les Vanuatais pourraient donner leur avis sur ces questions. « Les gens doivent pouvoir s'exprimer, c'est essentiel. C'est au peuple de décider », affirme le Premier ministre, qui a d'abord cherché à faire passer ces changements au Parlement - les députés de l'opposition ont refusé de siéger pour l'en empêcher. Le gouvernement de Charlot Salwaï veut notamment introduire un quota de sièges réservés aux femmes au Parlement et interdire le dépôt de motions de censure au cours de la première et de la dernière année de mandat du gouvernement élu. Le référendum s'annonce compliqué à organiser : il y aurait environ 25 changements à soumettre à l'avis de la population.
 
Aux Îles Cook, le gouvernement se montre confiant : Te Mato Vai sera finalisé. Ce projet géant destiné à améliorer le système de distribution d'eau dans l'île de Rarotonga a pris du retard parce que certains propriétaires refusent que leurs terres soient rasées pour laisser place à des conduites d'eau. Le problème n'est toujours pas réglé, mais le gouvernement a trouvé la solution pour avancer malgré tout : les terres des propriétaires hostiles au projet seront contournées. La phase 1 des travaux est donc considérée comme terminée, alors qu'il y a un « trou de 2 à 3 kilomètres », selon le journal Cook Islands News. Le gouvernement compte lancer la phase 2 au plus vite : l'entreprise chinoise CCECC rappelle des ouvriers pour mener les travaux dans les vallées de l'île. Ce projet Te Mato Vai est financé en grande partie par la Nouvelle-Zélande et la Chine.
 
Les Tonga et la Chine signent un accord d'exemption mutuelle de visa. Les touristes n'auront donc plus de démarches à faire si leur séjour ne dépasse pas 30 jours. En revanche, les Tongiens et les Chinois qui souhaitent étudier, travailler ou s'installer dans le pays partenaire, et ceux qui veulent voyager plus longtemps doivent toujours obtenir un visa.
 
En Nouvelle-Zélande, le fils du Premier ministre John Key fait parler de lui. Max Key aime bien poser pour des photos de mode, la plupart du temps torse-nu, voire en petite tenue. C'est le cas dans la dernière édition du magazine Remix. Mais ce qui a choqué certains lecteurs, c'est la cigarette qu'il tient sur l'une de ces photos. « Pourquoi as-tu une cigarette à la main alors que ton père vient d'annoncer une hausse de 10% par an du prix du tabac ces quatre prochaines années ? » l'interpelle ainsi une internaute sur son compte Instagram. Le Premier ministre n'a pas répondu directement à ces commentaires, mais il a déclaré qu'il trouvait ces photos « plutôt cool ».

 
fils john  key

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live