Le temps des inscriptions à l’université

éducation nouméa
Université de la Nouvelle-Calédonie Nouville UNC
©NCla1ère
Sur les quelque 3 600 étudiants qui devraient être inscrits cette année à l’université de la Nouvelle-Calédonie, ils seront près de 1500 à rentrer en première année dans l’une des nombreuses formations proposées sur le Campus de Nouville, dont un peu plus de 800 bacheliers.
©nouvellecaledonie

Seuls ou accompagnés dun de leur proche, les futurs étudiants du campus universitaire de Nouville attendent patiemment leur tour, dossier en main, afin de finaliser leur inscription à l'université de Nouville, avant la rentrée du 4 février prochain. 

"On est très libre"

Quelque peu intimidés par ce nouveau lieu où ils passeront une bonne partie de leurs prochaines années, tous se demandent à quoi pourrait bien ressembler leur vie étudiante. Cest le cas d'Elina, venue sinscrire en licence de SVT, le cursus le plus suivi à luniversité de Nouville. "J’espère bien travailler et rester concentrée sur l’école. Parce que j’ai un peu peur de divaguer, parce qu’on est très libre comparé au lycée", déclare la jeune femme.

Pour Laure également, qui s’inscrit en gestion et commerce, les différences entre le lycée et l’université ne sont pas encore bien claires. "Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. Mais j’espère que ça va me plaire, parce que après, j’aimerais aller faire de grandes écoles de commerce", explique la candidate à l'inscription.

Environ 1 500 inscriptions en première année

Si certains Calédoniens restent étudier sur le Caillou, ils sont encore plus nombreux à quitter le territoire pour aller se former ailleurs. En attente d’une réponse d’une université australienne, Maxence a préféré s’inscrire en licence de Langues, littératures, civilisations étrangères et régionales, au cas où. "C’est purement un plan B. Le plan A, ça serait plutôt l’Australie. C’est ce que je souhaiterais", assure le jeune homme. 

Et puis il y a ceux qui restent sur le territoire, mais qui doivent tout de même déménager. C’est le cas du jeune Koumacois Paolo, pour qui le passage à l’université est une plus grosse étape encore vers l’émancipation. "Je rentre en première année d’économie et de gestion. Je serais encore plus loin de chez moi, puisque j’habite à 400 km. J’aurai moins l’aide de mes parents, ça sera plus un moyen de se débrouiller seul", explique le candidat à l'inscription.

Inscriptions à l'université de la Nouvelle-Calédonie

Afflux final

Des inscriptions qui pouvaient se faire jusqu'au 4 février. La dernière semaine a été marqué par un afflux de candidats.