Les salariés et sous-traitants de Vale se mobilisent pour sauver leurs emplois

nickel
Mobilisation salariés et sous-traitants Vale hippodrome 27 novembre 2020
©NCla1ère
Un grand rassemblement de salariés de l’usine de Goro et des sous-traitants était organisé ce vendredi à l’hippodrome de Nouméa. Ils sont venus pour demander l’arrêt des blocages par le collectif Usine du Sud=Usine pays et par conséquent la reprise complète du travail dès lundi.
[MISE À JOUR AVEC SUJET TÉLÉ]
C’est la crainte d’un arrêt de l’usine qui a poussé les élus du personnel à organiser cette réunion. Elle aura duré un peu plus de deux heures avec un petit déjeuner, un grand discours d’Antonin Beurrier, le président de Vale NC et enfin une séance de questions-réponses.
 

« Maintenir l’activité et conserver les emplois » 

« Entre les deux offres qui existent aujourd’hui, on n’a pas de position » explique Yannick Falelavaki, le secrétaire du comité d’entreprise. « C’est arrivé à un niveau politique, donc aujourd’hui, on est tributaire de ce qui se passe. Nous ce qu’on souhaite simplement, c’est surtout maintenir l’activité et conserver les emplois, qu’il y ait une continuité dans notre activité et c’est ce pourquoi on se rassemble aujourd’hui ».

On est dans le même bateau ici en Calédonie, si vous coulez le bateau tout va sombrer, et tout le monde sera perdant !

Un salarié de Vale NC

 

Les sous-traitants inquiets aussi

Et parmi le millier de personnes venues ce matin, de nombreux sous-traitants, salariés et patrons. Parmi eux, Christophe Ringenoire, patron de la société Stemer composite, une des historiques de Goro. 
« Ce qui nous inquiète un peu, c’est que les sociétés sont de plus en plus dans le rouge parce qu’on a passé une année très difficile entre le Covid, l’instabilité politique, le cours du nickel qui est bas, donc tout est très dur en ce moment » confie le sous-traitant. « Et là, maintenant, les gens ne peuvent plus travailler. Certains ont des traites, des loyers à payer. Les dindons de la farce, c’est toujours les ouvriers ». 
 
Mobilisation salariés et sous-traitants Vale hippodrome 27 novembre 2020
©Loreleï Aubry

C’est pas facile, on se fait critiquer, menacer, insulter, mais il faut qu’on reste solidaire. Si on veut gagner dans le combat qu’on fait c’est par le dialogue.

Un salarié de Vale NC

Antonin Beurrier
Antonin Beurrier s'est adressé aux salariés et sous-traitants présents ©NCla1ère


Sauver l'usine

Face à ces préoccupations, le PDG de Vale NC donne un cap et de l’espoir. Evoquant la « décision apolitique d’écarter l’offre Sofinor/Korea Zinc », Antonin Beurrier martèle que l’heure est désormais à la poursuite de la transformation industrielle avec Trafigura.
« On est prêt à lancer le programme Lucy. C’est 35 milliards, 600 emplois, pendant trois ans, on commence janvier, on est en pleine crise économique et sanitaire, vous croyez que la Calédonie peut se permettre de rater ça ? Qu’on arrête notre site ? Mais c’est incroyable  » explique Antonin Beurrier.
« Je pense que la proposition sur la table (Trafigura) est moderne, ouverte, elle est surtout de nature à rassurer tout le monde. (…) Y’a des dialogues qui vont être faits à un niveau politique, qu’ils le fassent, et nous lundi on veut être au boulot ! »
Pour tous, l’urgence est au sauvetage de l’usine. Avant le pire scénario… celui d’un arrêt forcé le 31 décembre prochain. 
A suivre, le reportage de Loreleï Aubry et Nicolas Fasquel