Libre-échange, élections: l'onde de choc Brexit atteint aussi l'Australie

monde
Brexit
Un partisan du divorce avec l'UE, photographié devant la résidence du Premier ministre à Londres, rue Downing. ©Reuters/Neil Hall
Le Royaume-Uni divorce de l'Union européenne, et cela a des conséquences sur la campagne électorale australienne. 
Après l'annonce de la victoire du Brexit, la livre britannique est tombée au plus bas depuis 1985. Le marché australien a enregistré 50 milliards de dollars de pertes, et le dollar australien a plongé de plus de 3% par rapport au dollar américain. Car la Grande-Bretagne est le second pays au monde où les Australiens investissent le plus d'argent. Malcolm Turnbull a tenu à rassurer les Australiens: 
 
« Je comprends que les Australiens s'inquiètent de l'instabilité et des incertitudes qui pèsent sur les marchés financiers mondiaux, a déclaré Malcolm Turnbull vendredi. Il est important de nous rappeler que l'économie australienne est forte et solide et elle a survécu des chocs mondiaux par le passé, et elle y a bien résisté. Donc il n'y a pas de raison pour les Australiens d'être alarmés par cet événement. » 
 
Samedi prochain, les Australiens éliront leur nouveau Parlement , lequel choisira ensuite le nouveau Premier ministre. Le choc du Brexit pourrait favoriser le libéral Malcolm Turnbull.
 
En période d'instabilité économique et financière, les Australiens font traditionnellement plus confiance aux Libéraux qu'au parti travailliste, qui est un peu plus à gauche. Bill Shorten, a minimisé l'effet du Brexit sur les finances de l'Australie et indiqué que les Australiens ne pouvaient décider leur vote en fonction de ça. 
 

Le Brexit et l'immigration 

 
Et puis autre influence sur la campagne électorale australienne: selon Malcolm Turnbull, les Britanniques ont voté pour la sortie de l'Europe parce qu'ils ont peur de l'immigration. Pour lui, c'est une leçon à retenir: « Cela nous rappelle à quel point il est important que nous contrôlions nos frontières », a-t-il déclaré. Or là encore, c'est Malcolm Turnbull qui apparaît comme le champion de la lutte contre l'immigration clandestine, plus que son rival travailliste, Bill Shorten. 
 

Impact du Brexit sur le traité de libre-échange Australie-UE

 
Les deux candidats au poste de Premier ministre avaient déclaré qu'ils espéraient le maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne. Entre autres parce que Canberra doit négocier un accord de libre-échange avec l'Europe dès 2017. Mais sans le Royaume-Uni, l'accord sera moins intéressant pour l'Australie. Car Londres est son principal partenaire européen, qu'il s'agisse des échanges financiers ou commerciaux. 
 
Du coup, Tony Abbott, le précédent Premier ministre, lui aussi libéral, a suggéré de négocier un traité de libre échange avec le Royaume-Uni plutôt qu'avec Bruxelles. Mais Malcolm Turnbull l'a confirmé vendredi, les négociations avec l'Union européenne sont maintenues. Mais Malcolm Turnbull l'a confirmé aujourd'hui, les négociations avec l'Union européenne sont maintenues. 
 

Le Royaume-Uni pourrait se rapprocher encore plus de l'Australie

 
Reste que bien sûr, l'Australie entretient une relation privilégiée avec la Grande-Bretagne. D'ailleurs Malcolm Turnbull a appelé David Cameron pour le « consoler », juste avant que le Premier ministre britannique annonce sa démission. Il y a de grandes chances que le Royaume-Uni, coupé de l'Union européenne, renforce ses alliances traditionnelles, et donc sa relation avec l'Australie. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live