Les marins entrés illégalement aux Salomon devant la justice la semaine prochaine

coronavirus
Honiara. Salomon
Honiara, la capitale ©CC/Jenny Scott
Les trois hommes étaient entrés illégalement dans le pays à bord d’un voilier en provenance de Nouvelle-Calédonie. Ils viennent de se voir refuser une libération sous caution. 
Pas de libération sous caution pour les illégaux. Ils devront patienter sous surveillance avant leur nouvelle présentation devant la justice la semaine prochaine rapporte le média néo-zélandais RNZ. 
Matthew Carter, James Glenny et Braeton Mitchell, de nationalité américaine et britannique étaient entrés illégalement dans les eaux des Salomon le 19 juin dernier. Ils avaient été interpellés et placés en quarantaine dès leur entrée dans le Yacht club de Point Cruz, à Honiara.
Il faut dire que depuis le début de la crise du coronavirus, les navires de plaisance sont interdits dans l’archipel qui tente ainsi d’éviter l’épidémie de Covid-19.
 

Partis sans autorisation de Nouméa 

Les trois hommes arrivaient de Nouméa, qu’ils avaient quitté selon RNZ sans effectuer les formalités de sortie obligatoires. Pas d’enregistrement à l’arrivée aux Salomon non plus.
Les marins indésirables ont tenté d’obtenir une libération sous caution, ce qu’a refusé la justice salomonaise. Ils seront de retour devant le tribunal la semaine prochaine. 
 

Une famille refoulée à Tonga

Dans le même temps, une famille américaine à bord de son voilier s'est vu refuser l'entrée aux Tonga après avoir quitté la Nouvelle-Zélande, apparemment parce qu'il y faisait trop froid.
La famille Whitaker, originaire du Texas tente de faire le tour du monde. Après être restée quelques temps sous la surveillance d’un patrouilleur tongien aux récifs de Minerva, elle a repris la mer, direction Fidji.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live