Matière à penser: malgré la Chine, pourquoi le nickel calédonien a toujours la cote

transition énergétique
NICKEL
Batteries SAFT haute capacité de fabrication française ©Alain Jeannin
Le cours du nickel était en hausse au London Metal Exchange (LME), malgré les inquiétudes concernant la demande venant de Chine. L'avenir est porté par la transition énergétique avec l'augmentation des ventes de véhicules électriques.

Du pain sur la planche pour l'usine du nickel du Sud en Nouvelle-Calédonie. Prony Resources, qui produit un mixte intermédiaire recherché de nickel-cobalt destiné aux batteries électriques, peut monter tranquillement en puissance. Les cours du nickel se sont calmés, mais ils restent élevés, proches des 30.000 dollars la tonne.

La Bourse de New York a conclu vendredi la semaine en hausse, pour la première fois en deux mois, rassérénée à la veille d'un long week-end de Memorial Day par un indicateur d'inflation rassurant aux États-Unis.

Sur le marché mondial des métaux, à Londres et Shanghai, les doutes demeurent alimentés par les tensions internationales autour de la guerre en Ukraine, la Corée et Taïwan.

"Outre la crainte d'une baisse de l'offre en Russie, les inquiétudes concernant la demande chinoise empêchent la reprise des prix", estime Barbara Lambrecht, analyste chez Commerzbank interrogée par l'AFP, la Chine étant une grande consommatrice de métaux industriels.

"À moyen terme, les perspectives de la demande de nickel restent toutefois très bonnes", poursuit l'analyste, les ventes de voitures électriques ayant explosé dans le monde en 2021.

Avec 6,6 millions d'unités écoulées dans le monde en 2021, dont la moitié en Chine, les ventes de voitures électriques ont doublé en un an et représentent désormais 10% des ventes de voitures neuves, selon un rapport annuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publié lundi.

De nombreux métaux comme le nickel, le lithium ou encore le cobalt sont essentiels pour la fabrication des batteries des voitures électriques: ils permettent de limiter leur taille. "Le nickel est le métal qui en profitera le plus à l'avenir: la part de la demande globale de nickel représentée par la demande de batteries a déjà augmenté pour atteindre 7% l'année dernière" contre 4% l'année précédente", signale Mme Lambrecht.

Sur le LME, la tonne de nickel pour livraison dans trois mois s'échangeait à 28.437 dollars (+4,56 %) vendredi à la clôture contre 27.973 dollars le vendredi précédent. Sur la semaine, la progression est plus modeste: 1,66 %.