Mondiaux de SUP de Fiji, le calédonien Titouan Puyo, champion du monde longue distance en 2014, est en quête d'un nouveau titre

sportncla1ère
Titouan Puyo à l'entrainement sur le spot de Cloubreak
Titouan Puyo à l'entrainement sur le spot de Cloubreak ©Fédération Francaise de Surf
Le calédonien Titouan Puyo participe avec l'équipe de France à ses 3e mondiaux de SUP (Fiji du 13 au 20 nov). Il est l'un des favoris. 1ere épreuve et 1ere chance de médaille, la course technique sur le spot mythique de Cloudbreak (Ile de Tavarua), au large de Nandi.
C'est l'objectif de sa saison, reconquérir un titre mondial obtenu en 2014 lors de sa 1ere apparition sur un championnat du monde. A l'époque, il n'était même pas un outsider, personne ne le connaissait encore et il s'était imposé sur la longue distance aux Mondiaux du Nicaragua. C'est lors du seul passage dans une zone avec une eau un peu plus agitée qu'il avait fait la différence.
Aujourd'hui, c'est peut-être sa plus grande spécialité, il adore surfer le moindre clapot et tous le craigne dans ces conditions de mer.
Double champion de France 2016 de longue distance il y a trois semaines à Crozon (Bretagne) et à Hossegor (Landes), il s'est aussi beaucoup entrainé pour l'épreuve de course technique (Beach Race) qui va se dérouler dans les vagues d'un des plus célèbres spot de surf du monde, Cloudbreak sur l'île de Tavarua.
L'équipe de France de SUP aux Mondiaux 2016 de Fiji (13 au 20 nov)
L'équipe de France de SUP aux Mondiaux 2016 de Fiji (13 au 20 nov) ©ISA/Sean Evans

Avec son partenaire en équipe de France arthur Arutkin, champion de france 2016 de course technique, ils font partie des favoris pour le podium, même en présence des meilleurs australiens, américains ou hawaiiens.
1ere chance de médaille pour Titouan Puyo le mercredi 16 novembre avec la course technique.
Suivi dès le lendemain jeudi 17 novembre par la longue distance de 17km.
Cloudbreak, île de Tavarua à Fiji, le spot de légende
Cloudbreak, île de Tavarua à Fiji, le spot de légende ©ISA


Les courses sont à suivre en direct (en anglais) par ce lien
http://isaworlds.com/sup/2016/en/live/