Niveau de vie des Calédoniens : un léger mieux mais pauvreté et inégalités demeurent

société
Isee logo
©Isee NC
L’Institut de la statistique et des études économiques publie une vaste enquête consacrée au budget des familles. Elle détaille l’évolution du niveau de vie entre 2008 et 2019.

La synthèse de l’Isee sur l'enquête sur le budget des familles réalisée sur la période 2019-2020 a été dévoilée par l’Institut. Elle montre que le niveau de vie médian a augmenté entre 2008 et 2019, mais que le taux de pauvreté reste élevé tout comme les inégalités qui sont toutefois en légère baisse. 

Un niveau de vie qui augmente

Globalement, entre 2008 et 2019, le niveau de vie des ménages a augmenté de 1,5 % par an. Il atteint, en 2019, 172 200 francs CFP par mois pour une personne seule, et 362 000 francs pour un couple avec deux enfants.  

Niveau de vie
©Isee

Une pauvreté qui se maintient

Un Calédonien sur cinq vit toujours sous le seuil de pauvreté. C’est-à-dire qu’il vit avec moins de 86 000 francs par mois.
86 100 francs exactement pour une personne seule et 310 000 pour une famille de sept personnes. En 2019, l’Isee a dénombré 49 700 personnes vivant sous cette ligne rouge, celle qui définit la pauvreté. C’est tout de même 18,3 % de la population calédonienne, un taux qui n’augmente pas mais qui ne part pas non plus à la baisse et qui concerne trois fois plus de familles kanak que non kanak. 

Premiers facteurs de la pauvreté au sein des familles : l’inactivité et le chômage. En revanche, deux éléments viennent la pondérer : il s’agit de ce que l’Isee appelle la "redistribution monétaire", autrement dit les prestations sociales versées et les impôts et taxes adaptés aux revenus les plus bas ainsi que l’autoconsommation. 

Taux de pauvreté
©Isee

Les inégalités demeurent

L’étude s’attarde également sur les inégalités. Sur le papier, elles sont en léger recul sur les dix dernières années : en 2019, 20 % de la population détenait près de 44 % de l’ensemble des revenus ; à l’opposé, les 20 % les plus modestes n’en perçoivent que 5 %. C’est plus de 8 fois moins ; en 2008, c’était plus de 9. 
Pas de quoi se réjouir donc, d’autant plus que les écarts sont aussi symptomatiques de fractures au sein de la société calédonienne : le revenu mensuel médian par personne atteint 172 200 F.CFP en 2019, mais dans la réalité, le niveau de vie médian des ménages non kanak (234 200) est deux fois plus important que celui des ménages kanak (116 800). 

Inégalités
©Isee

Comparaisons

Enfin, à titre de comparaison, le niveau de vie en Nouvelle-Calédonie est près de 4 fois supérieur à celui de Mayotte et de 14 % à celui de la Guyane.
Toutefois, il est entre 15 % et 20 % inférieur à ceux des autres DOM, et de 46 % inférieur à celui de la France métropolitaine.
Le taux de pauvreté en Nouvelle-Calédonie est similaire à celui de la Polynésie française, supérieur à celui de l’hexagone et des départements d’Outre-mer, mis à part Mayotte où le taux de pauvreté est nettement supérieur. 
Lire ci-dessous la synthèse de l’Isee : 

Pour aller plus loin

Olivier Fagnot, le directeur de l’Isee était l’invité de la matinale radio avec Charlotte Mestre ce 27 août. A réécouter ici