publicité

Le prix du nickel est resté stable, la demande mondiale devrait progresser

Le cours du nickel s'est maintenu dans la zone des 12.500 dollars la tonne cette semaine, avant de clôturer en légère hausse au LME de Londres. L'INSG pointe une augmentation de la demande mondiale et une hausse de la production de fonte concurrente à bas coût des alliages calédoniens.
 

Francs Pacifique à l'usine de la Monnaie de Paris à Pessac. Les pièces contiennent du ferronickel calédonien. © Alain Jeannin
© Alain Jeannin Francs Pacifique à l'usine de la Monnaie de Paris à Pessac. Les pièces contiennent du ferronickel calédonien.
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
La Chine, premier importateur mondial de nickel, était en congé pour la "Golden Week". "Il n'est pas étonnant de voir un manque de dynamisme des marchés en l'absence des plus grands acheteurs", ont expliqué les analystes de Commerzbank. Fin de congés en Chine ? Le nickel, stable sur la semaine, anticipait la reprise des usines chinoises vendredi soir à Londres :12.682 dollars la tonne (+1,06 %).

Le groupe d'étude international du nickel (INSG) s'est réuni à Lisbonne, au Portugal. Les participants ont longuement discuté des tendances actuelles du marché.

Pour les trois premiers mois de 2018, la production mondiale d’aciers inoxydables a augmenté de 9,5 % d’une année sur l’autre pour atteindre 12,8 millions de tonnes souligne l'INSG. La hausse de la production devrait se poursuivre en 2018 et 2019. En 2017, l’Indonésie a commencé à produire de l’acier inoxydable et continuera sa croissance dans ce secteur cette année et en 2019. La production de batteries au nickel, notamment pour les véhicules électriques, a augmenté et cette tendance devrait se poursuivre, ce qui aura des effets positifs sur l’utilisation du nickel.
 

Les chiffres du nickel

La production de fonte de nickel (NPI) en Chine a repris en 2017 et devrait encore augmenter en 2018 et 2019. En Indonésie, la production de NPI a augmenté en 2017 et devrait également continuer à croître cette année et en 2019, en raison de la montée en puissance de nouveaux projets. De son côté, le gouvernement philippin a annoncé en août que 23 des 27 mines examinées pour vérifier leur conformité à la réglementation environnementale avaient passé les tests avec succès.

La production mondiale de nickel primaire était de 2,070 millions de tonnes en 2017 et devrait passer à 2.204 millions de tonnes en 2018 et 2.389 millions de tonnes en 2019. Ces chiffres sont entachés d’une incertitude particulière en ce qui concerne production de NPI en Chine et en Indonésie. 

La consommation mondiale de nickel de première transformation était de 2,184 millions de tonnes en 2017. L'INSG prévoit une augmentation à 2,350 millions de tonnes en 2018 et à 2,422 millions de tonnes en 2019. L'organisme reconnaît l’impact significatif de la situation financière, économique et politique actuelle qui crée des incertitudes sur les marchés des produits de base dans de nombreuses régions du monde. 
 

Brèves

Sur le fil info de Marex Spectron, on retiendra encore l’annonce de la compagnie chinoise de batteries GEM qui a fait part de son intention d'investir 700 millions de dollars dans une coentreprise pour la production de nickel pur en Indonésie. Le projet vise à établir une capacité de 50.000 tonnes par an. Enfin, en Grèce, des pluies diluviennes se sont abattues sur la côte de la mer Egée, causant d’importants dégâts à l’usine de ferronickel Larco. La production, 50 tonnes de nickel par jour, a été diminuée de moitié pour au moins une dizaine de jours avec des retards dans les livraisons aux aciéristes européens...

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play