Projet Wolbachia 1 an après : la moitié des moustiques serait aujourd'hui porteuse de la bactérie

santé
Moustique-tigre, photo libre de droit
Pour l’instant, sur le Caillou, seule Nouméa expérimente le dispositif. Les premiers moustiques porteurs de la bactérie Wolbachia ont été lâchés il y a un peu plus d’un an. Pour le World Mosquito Program qui porte le projet, le premier bilan est positif.
Impossible de les différencier, pourtant ils sont bien là, tout autour de nous. Les moustiques porteurs de la Wolbachia. Une bactérie naturelle, présentée comme inoffensive qui réduit la capacité des moustiques à transmettre des maladies comme la dengue, le Zika ou le chikungunya.
 

Quel bilan un an après 

Projet Wolbachia 1 an après :  la moitié des moustiques serait aujourd'hui porteuse de la bactérie
©Stéphanie Chenais/ NC la 1ère

Les équipes du World Mosquito Program en ont lâchés dans Nouméa pendant un an, entre juillet 2019 et juin 2020. Résultat ? Ces moustiques sont aujourd’hui présents dans de nombreux quartiers à la Vallée des Colons, Portes-de-Fer, Tina, Kaméré, Nouville, ou encore Val-Plaisance.
 

En moyenne sur l'ensemble de la commune, on est à peu près à la moitié des moustiques qui sont porteurs de la bactérie Wolbachia. Ça varie selon les zones, d'autres sont à 70% porteurs et d'autres un peu moins. C'est pour ça qu'on aimerait intervenir une seconde fois à partir du mois de décembre.
-Nadège Rossi, chef de projet pour le World mosquito Program

 

Projet Wolbachia 1 an après :  la moitié des moustiques serait aujourd'hui porteuse de la bactérie
©Stéphanie Chenais/ NC la 1ère


Moins de dengue cette année, est-ce un signe?

Il y a eu peu de cas de dengue cette année. Serait-ce grâce à la bactérie Wolbachia?  A ce stade Nadège Rossi préfère rester prudente :
"C'est encore un peu tôt pour les mettre en relation, c'est vrai que généralement on a eu peu de cas de dengue que ce soit à Nouméa ou sur les autres communes cette année. Cela dit, sur les cas qu'on a pu observer, là où on avait des forts niveaux de Wolbachia, on a pu voir qu'il n'y avait pas de transmissions sur les personnes atteintes de la dengue. Alors qu'à d'autres quartiers, là où on a pu voir des foyers épidémiques, on s'est rendu compte que les Wolbachia n'étaientt pas bien établis."
 
Projet Wolbachia 1 an après :  la moitié des moustiques serait aujourd'hui porteuse de la bactérie
©Stéphanie Chenais/ NC la 1ère

 A la recherche de volontaires

De nouveaux lâchers de moustiques sont nécessaires pour renforcer leur présence dans certains quartiers. Une nouvelle phase est prévue en fin d’année, à partir de décembre. Les personnes volontaires qui ont un jardin peuvent déjà contacter l’équipe du World mosquito Program pour une préinscription.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live