publicité

Un nouvel ouvrage explore la langue iaai

Plus de 15 000 entrées et 524 pages: le lexique français-iaai et iaai-français a été présenté mercredi soir à Nouméa et le sera encore ce soir, au sénat coutumier. Un document précieux, destiné aux Calédoniens originaires d’Ouvéa mais aussi à tous celles et ceux qui s’intéressent à cette île.

Deux langues kanak sont parlées à Ouvéa, le iaai et le fagauvea. © NC la 1ere
© NC la 1ere Deux langues kanak sont parlées à Ouvéa, le iaai et le fagauvea.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le , mis à jour le
L’histoire de cet ouvrage est celle d'une longue gestation. Précédé de quatre autres livres, il représente l’aboutissement de dizaines d’années de recherches et de collectes. «Ce lexique comprend 15 000 entrées, à la fois français-iaai et iaai-français, et beaucoup de petites expressions», décrit Daniel Miroux, économiste, président fondateur de l’Alliance Champlain et auteur. 
 

Encore matière à recherche

«Il y a certainement des expressions et des mots qui ne sont pas encore dedans et donc il y a encore matière à recherche dans les années qui viennent, reconnaît-il. Malheureusement, beaucoup d'anciens, qui sont la mémoire de la langue, disparaissent au fil des années et donc, je voulais prendre date avec ce lexique.»
 

Moins de 4000 locuteurs

Le recensement de 2014 a permis de décompter 3821 locuteurs de iaai âgés de plus de quatorze ans, et 2062 locuteurs du fagauvea qui représente l'autre langue vernaculaire d'Ouvéa. Des chiffres en baisse par rapport au recensement de 2009.
 

Une aide inestimable

Auguste Daoumé, de la chefferie Daoumé d’Ouvéa est un proche collaborateur de Daniel Miroux. Pour ce lexique, il s'est fait passeur incontournable de mémoires, le lien indispensable entre l’auteur et les anciens. «C'était important de remettre ça à l'ordre du jour», estime cet ancien président de l'aire coutumière. «Tous ces mots qui ont été oubliés et qui ne sont plus justement exprimés aujourd'hui. On essaie de réactualiser la chose. Pour permettre aux jeunes, aussi, de se réappoprier un peu de ce qui s'est passé.»

Le reportage de Martine Nollet. 
 

Riche

Le iaai se distingue des autres langues kanak par sa richesse phonologique, son ensemble de voyelles et une façon particulièrement développée d'exprimer la possession.
 

Vulgarisation en plusieurs étapes

Ce lexique arrive après un manuel de conversation français-iaai édité en 2003, un dictionnaire paru en 2007, un guide historique et linguistique (2010) puis un ouvrage de 2011 intitulé Parlons Iaai. Après sa présentation mercredi soir à la librairie Calédo Livres de Nouméa, une cérémonie coutumière sera consacrée à ce nouvel opus de vuulgarisation jeudi soir, au sénat coutumier, à Nouville.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play