A Lifou, la coupe de santal est autorisée, sous conditions

économie lifou
Inventaire santal à Maré
©NC 1ère
Le bois précieux est une espèce protégée. Pour pouvoir l’exploiter, il faut respecter des conditions strictes. Le grand chef du Wetr vient d’autoriser la coupe de bois vert.

Dans le district du Wetr à Lifou, la coupe de bois de santal vert est désormais autorisée. L’acte coutumier a été signé vendredi dernier par le grand chef Ukeinessöti Sihaze.
Le bois précieux doit être coupé sous certaines conditions. Ce n’est que l’application d’une délibération votée en 2010 par la province des Îles mais qui n’a jamais été respectée.

Un bois à maturité

Cette délibération encadre la coupe de bois de santal vert, donc vivant, qui est une espèce protégée. Désormais pour couper ce bois précieux, il faut qu’il soit à maturité. L’évaluation est faite par un agent assermenté de la province des Iles au moyen du carottage.
Après vérification, l’arbre est marqué par un marteau à poinçonner.
C’est seulement à ce moment-là que le coupeur peut prélever le santal.
Des sanctions sont prévues : les contrevenants risquent une amende de 890 000 francs CFP.

Trois arbres plantés pour un coupé 

Autre condition : que le bois précieux soit vendu à LIFLOR, une usine de santal basée à Xepenehe à Lifou.
L’exploitant a aussi des obligations : pour un arbre coupé, il doit en planter trois, permettant ainsi une meilleure gestion de la ressource.
Des démarches vont être entreprises auprès des chefferies de Lössi et de Gaïtcha pour qu’elles signent le même type d’acte.