nouvelle calédonie
info locale

Deux jours de rassemblement indépendantiste et nationaliste à Canala

politique canala
Rassemblement indépendantiste Canala
©Jean-Noël Mero
Débuté ce samedi à Canala, un rassemblement indépendantiste et nationaliste autour du FLNKS doit s'achever aujourd'hui. Le front est réuni autour de trois thématiques qui s'inscrivent dans le cadre de la campagne référendaire : l'unité nationale, l'engagement d'un peuple et le lendemain du "oui".
Ils étaient près de 500 militants rassemblés à Canala. 

La parole du bureau politique du FLNKS a bien circulé, à quelques semaines des municipales. Les membres de la mouvance indépendantiste sont presque tous présents. « Nous on a peut-être parfois un langage un peu cru. Les gens dehors, ils le disent : il n’y aura pas de destin commun, il n’y aura pas d’unité nationale sans justice sociale » a dit Arnaud Cholet-Leakava, du Mouvement des Océaniens Indépendantistes. 
 

Mobilisation des jeunes

Qu’ils soient au FLNKS ou pas, ce qui caractérise les envoyés des partis, c’est la jeunesse et la diversité. Le RDO, le Rassemblement Démocratique Océanien, qui a rejoint le FLNKS à Nakéty, il y a vingt-et-un ans, en témoigne. « Le doute n’est plus permis, bâtissons cette nation libre où chaque communauté, chaque individu trouvera sa place » s’est exprimé la jeune Laurie Humini, du Rassemblement Démocratique Océanien. 

L’arrivée de syndicats et des jeunes partis ramène le débat politique dans le champ social. Richesse inégalement répartie, familles en souffrance, l’équité pour tous est un discours qui doit rassembler. Les municipales devraient être un test de cette nouvelle unité affichée.

« Toutes les communautés sont représentées, toutes les générations. Ils affichent tous cette fierté d’être un enfant de ce pays kanak » annonce Pierre-Chanel Tutugoro, de l’Union Calédonienne.

« Ceux qui vont être élus, le 15 mars et le 22 mars, c’est juste pour six mois, puisque le 6 septembre, on aura l’indépendance  donc il n’y a pas besoin de se bousculer au portillon » dit Sylvain Pabouty, de la DUS, la Dynamik Unitaire Sud. 

Le reportage de Gilbert Assawa et Jean-Noël Mero.
©nouvellecaledonie
Publicité