nouvelle calédonie
info locale

A Kaala-Gomen, une colonie autour du feu et de l’eau

vacances kaala-gomen
Colonie de vacances à Gamaï, Kaala-Gomen, janvier 2020
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
Une fresque murale pour sensibiliser aux méfaits des feux de brousse, c’est la démarche choisie au camp de vacances de Gamaï, à Kaala-Gomen. Une vingtaine d’enfants participent à l’opération, sur les installations de la maison commune. 
C’est un après-midi pas comme les autres dans la tribu de Gamaï, à Kaala-Gomen / Bwapanu. Par un soleil de plomb, une dizaine d’enfants ont trouvé refuge à l’intérieur d’une case sertie de roches de rivière. Crayons à papier et feutres de couleur sont de sortie. Comme Fasane, chacun s’applique. «Là, je suis en train de colorier la case que j’ai dessinée. Avec de la couleur, elle sera toute jolie, montre la jeune fille. Aujourd’hui, on travaille sur l’eau et le feu.»

En colonie de vacances à Gamaï

 

S'attaquer à des réalités

A tour de rôle, les enfants s’activent. Une fresque prend forme sous les yeux ébahis de Paul. «J’ai fait deux cases et à côté, des sapins», souligne le garçon originaire de la tribu de Ouéholle, dans la Chaîne. «J’ai rajouté la pelouse et je dessinerai aussi des animaux.» Les montagnes, les plaines, les cours d’eau et des paysages luxuriants, le tableau est idyllique. Mais à travers ce projet novateur, les enfants veulent s’attaquer à des réalités du quotidien. Comme les feux de brousse, nombreux à dévaster le Nord en fin d'année dernière, qui appauvrissent les sols et menacent la ressource en eau. 
 
Colonie de vacances à Gamaï, Kaala-Gomen, janvier 2020, pâtisserie au feu de bois
©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere
 

«Que les gens arrêtent de mettre le feu»

«Le feu brûle tout sur son passage, on est privés d’air, on a dû mal à respirer, lance Forlane. Ce n’est pas joli quand on voit le résultat. C’est noir partout et il y a encore beaucoup de cendres.» «Nous, par exemple, à la tribu de Ouéholle, ce n’est plus comme avant, renchérit Fasane. On dirait qu’il n’y a presque plus d’arbres. Il faut que les gens arrêtent de mettre le feu. C’est pas bon du tout pour notre nature.»
  

Guidés par un artiste du Nord  

Ce travail minutieux a lieu sous la houlette de Judicaël Ouaoubat, originaire de Pouébo. L’artiste du Grand Nord n’en est pas à son premier projet avec les enfants. «Je vois qu’ils sont très intéressés par la nature. J’aime leurs dessins, souligne l’intervenant. Par rapport à l’adulte, ils ne voient pas de la même façon. Ils sont très descriptifs.»
 
Colonie de vacances à Gamaï, Kaala-Gomen, janvier 2020, gâteaux cuits au feu de bois
Gâteaux cuits au feu de bois. ©Cédrick Wakahugnème / NC la 1ere


Gâteaux au feu de bois

La fresque murale sera livrée la semaine prochaine. En attendant, un autre groupe s’active dans les fourneaux, à pousser les bois vers les marmites. Petit séance de pâtisserie, avec des gâteaux faits maison, cuits sous le feu. Une colo où les activités sont multiples. Les enfants profiteront notamment de sorties nature et découverte. Ils iront ainsi rejoindre un autre centre de vacances, à la tribu de Tendo, sur la commune de Hienghène.
Publicité