nouvelle calédonie
info locale

Le conflit à Kouaoua est terminé (M à J)

nickel kouaoua
Minéralier NMC baie de Kouaoua
©Nicolas Fasquel
Les rouleurs de Kouaoua en grève depuis une semaine.  Ils ont suspendu le chargement du minéralier de la NMC à destination de la Corée du Sud. En question notamment, la révision à la hausse des prix du roulage. Un accord a été trouvé ce mercredi. 
[MISE À JOUR ɧ SEPTEMBRE]
Le SM Emerald est au mouillage depuis huit jours en baie de Kouaoua. Ce minéralier de 60 000 tonnes est à moitié plein, son chargement a été interrompu pour cause de grève des contracteurs. 
Réunis ce mercredi matin à la tribu de Wéna, les rouleurs ont âprement négocié avec le directeur de la Nickel Mining Company la hausse du prix du roulage du minerai, le plus important des points de revendication.
Discussions NMC Contracteurs Kouaoua
©Nicolas Fasquel
 

Le prix du roulage indexé sur le cours au LME

Le mineur propose une augmentation de vingt francs CFP la tonne, trop peu pour les rouleurs qui réclament cent vint francs et demandent la venue du président de la SMSP à la table des négociations. 
Au terme de cinq heures de discussion, les contractuels obtiennent une indexation du prix du roulage sur le cours du métal à la bourse des métaux de Londres.
« Il y a une satisfaction globale de tous les rouleurs » confirme Abilio Poacoudou, porte-parole des contracteurs. 
Kouaoua conflit NMC
©Nicolas Fasquel
 

Des discussions jusqu’à la fin de l’année

« On s’est mis d’accord aujourd’hui surtout sur un mécanisme de discussion qui va commencer maintenant jusqu’à la fin de l’année pour voir comment faire en sorte que le prix au niveau du roulage soit lié au prix du LME » renchérit Didier Ventura, le directeur général de la NMC qui indique que la discussion est prévue pour s’achever avant fin décembre. 
A compter du 1er octobre, les prix du roulage seront majorés de cent vingt francs la tonne et seront revus à la hausse ou à la baisse début janvier en fonction des cours du nickel au LME.
Le reportage d’Olivier Jonemann et Nicolas Fasquel 
©nouvellecaledonie
Les discussions se sont poursuivies afin d'arriver à un accord sur les autres points du cahier de revendications. Un accord finalement signé qui a permis la reprise du travail ce jeudi. 
Les explications de Didier Ventura, le directeur de la NMC, joint par Charlotte Mestre 

Kouaoua itw Ventura



A noter qu’en signe de solidarité, un autre minéralier de la NMC, le SM Diamond, était également bloqué depuis une semaine, en baie de Nakéty cette fois.
Publicité