publicité

Une fête de l'igname pour célébrer l'identité kanak

Le pays fêtait l’igname hier à Koumac. Les festivités se sont déroulées sur le champ de foire de la commune où plus d’un millier de personnes étaient réunies. Cette manifestation, qui fait partie de la charte du peuple kanak élaborée par le Sénat coutumier, était organisée par l'aire Hoot Ma Whaap. 

© Mairie de Koumac
© Mairie de Koumac
  • Marguerite Poigoune (L.A)
  • Publié le , mis à jour le
A l'occasion de cette véritable fête culturelle, l’igname a été préparée de différentes manières : au four, bouillie avec la peau ou encore brûlée au feu de bois. Une technique au feu de bois qui fait echo au thème de cette célébration, le Khîîli kuvic, qui signifie « Brûler l’igname » en langue Nixumwak. Daniel Whala-Windi, président du District TEA – NADING à Koumac, explique l'esprit de cette journée : "Ca tourne autour de la valeur des ignames. Et la technique qui consiste à les brûler est très particulière pour nous car elle signifie que c'est la nouvelle igname, celle à offrir d'abord aux chefs. Ils ont toujours la priorité devant nous, les sujets." 

Ignames cuites sur la braise au feu de bois. © Marguerite Poigoune / La 1ère
© Marguerite Poigoune / La 1ère Ignames cuites sur la braise au feu de bois.

L'igname, part de l'identité kanak 


Le Gouvernement, représenté  à cet événement, en a profité pour rappeler que l’igname est rattachée à la culture et l’identité kanak . L’un de ses chantiers en projets est justement un travail sur l’igname. Pour Didier Poidyaliwane , en charge des affaires coutumières au Gouvernement, il est important de redonner des perspectives à la jeunesse en particulier. "Je pense que certains Conseils coutumiers le font déjà mais les résidences culturelles comme celles-ci permettent de repositionner la coutume telle qu'on la vit aujourd'hui. Ces résidences permettent également de repréciser ce qu'est la coutume, ce qui l'accompagne... Je pense que le plus gros travail concerne les quartiers de Nouméa. Il faudrait donc organiser des résidences dans le Grand Nouméa pour permettre à nos jeunes de se raccrocher à autre chose." 

© Marguerite Poigoune
© Marguerite Poigoune

Durant cette fête de l’igname, chaque aire coutumière est venue avec sa participation en tubercules sacrés.



Sur le même thème

  • culture

    Anûû-rû Âboro revient en grand format

    Après une version concise en 2018, le Festival international du cinéma des peuples replante le décor pendant neuf jours à Poindimié, du 18 au 26 octobre, avec de nombreuses pépites cinématographiques pour cette 13ème édition. 

  • culture

    Le festival Pikinini a moins séduit

    De retour deux ans après dans le centre historique de Nouville, le Pikinini festival de Nouvelle-Calédonie a déroulé tout le week-end ses spectacles, contes et ateliers. Il s'est refermé ce dimanche soir sans avoir fait le plein espéré de visiteurs. 

  • culture

    Pikinini fait son retour

    Les arts de la scène servis sur un plateau aux enfants de Nouvelle-Calédonie : le Pikinini festival revient. Après une mise en bouche sous forme d'«art-péritif» et une journée dédiée aux centres de loisirs, il tient samedi et dimanche, à Nouville, une édition «bullissime». 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête