nouvelle calédonie
info locale

La journée défense et citoyenneté se déplace à Koumac

sécurité koumac
Journée défense et citoyenneté au RSMA de Koumac
Mardi, 55 jeunes de Koumac et de Poum étaient appelés à la JDC. ©NC la 1ere / Cédrick Wakahugnème
Depuis mardi et jusqu’à demain, environ 150 jeunes du Grand Nord sont appelés à la journée défense et citoyenneté. Chacune des trois sessions a lieu au Régiment du service militaire adapté de Koumac. 
La première journée défense et citoyenneté organisée au RSMA de Koumac a été ouverte, mardi, par la commissaire déléguée de la République pour la province Nord. Marie-Paule Tourte a rappelé l’enjeu de la JDC. «L’idée est de faire ressortir cette appartenance à la Nation, indique-t-elle, et de permettre à chaque participant de développer ses aptitudes et ses capacités au service de son pays.»
 

Expliquer

Cette journée, souvent l'unique rencontre avec l’armée, est l'occasion d’expliquer l’engagement des militaires au service des populations. «Elle est importante pour tout citoyen puisqu’elle permet de venir bénéficier d’une information sur la défense», souligne le chef de corps du RSMA, le lieutenant-colonel Nicolas Baller. «Dieu sait qu’aujourd’hui, ajoute-t-il, notre pays a besoin que ses citoyens soient informés et connaissent parfaitement les outils que nous mettons à leur disposition.»
 

Trois modules

L’ensemble des jeunes suivent trois modules: la défense, la citoyenneté et le lien social. Depuis la mise en place des JDC, ils ont été près de 5000 à s'y déplacer à travers toute la Calédonie, à raison de 121 sessions. Le moyen de faire passer un maximum d’informations, mais également de recenser les éventuelles difficultés des participants. 
 
Journée défense et citoyenneté au RSMA de Koumac
Au programme, trois modules. ©NC la 1ere / Cédrick Wakahugnème
 

Détecter, pour aider

«C’est une journée qui permet de détecter les jeunes en difficulté», affirme le lieutenant-colonel Eric Plantecoste, qui dirige le Centre du service national en Nouvelle-Calédonie. «Notamment des jeunes qui rencontrent des difficultés de lecture ou qui sont en décrochage scolaire. C'est-à-dire qu'ils ont tout arrêté, qu’ils n’ont pas de diplôme, qu’ils sont sans qualification et qu’ils sont sans emploi. A partir de cette détection, nous les mettons en lien avec les institutions ou les associations comme la Mij, la Mission d’insertion des jeunes, afin de les aider et de les aiguiller.»
 

Kaala-Gomen, Koumac, Poum...

Pendant ces trois jours, chaque JDC réunit dans le foyer du RSMA une cinquantaine de jeunes, filles et garçons, appelés de Koumac, Kaala-Gomen, Poum, Ouégoa ou Pouébo.
Publicité