Le Nord renoue avec la Foire de Koumac

foire koumac
Foire de Koumac 2022
Ambiance à Pandop au premier jour de la Foire 2022. ©Nathan Poaouteta / NC la 1ère
C'est parti pour trois jours de festivités, d'autant plus appréciés que la Foire de Koumac et du Nord a dû être annulée l'an dernier. L'événement s'est ouvert ce vendredi matin à Pandop pour une première journée plutôt axée sur les concours et les professionnels.

L'affiche donne bien le ton. Un cheval, un bovin, de la volaille, un fruit, des plantes, du sport auto et surtout le message essentiel : "On est de retour ! " Après annulation de la précédente, dans le contexte de grave crise Covid que nous avons connue en septembre 2021, la Foire agricole et artisanale de Koumac et du Nord assure l'édition 2022. Quelques images de Nathan Poaouteta :

A l'entrée de la Foire de Koumac 2022 ©Nathan Poaouteta / NC la 1ère

Honneur aux professionnels

Elle s'est ouverte ce vendredi à 8 heures, à Pandop, avec la traditionnelle journée axée sur les professionnels, en particulier les éleveurs. Comme Pascale Weiss, éleveuse ravie d'avoir présenté trois candidats à un concours. "Une femelle western horse de cinq ans, qui a eu le premier prix. Et deux poneys dont une qui a eu le premier prix." 

Au programme, concours équin, bovin, porcin, ovin, caprin mais aussi horticole ou du plus beau stand. Côté stands, justement, Rachel et Sylvie sont au rendez-vous pour présenter leur travail du cuir. Chacun a son affaire mais ils travaillent en couple, et ont fait la route depuis Dumbéa. "Ça vaut le coup rien que pour rencontrer les gens. Et de toute façon, le cuir est indissociable de la Foire de Koumac, de toutes les foires, considère Sylvain. Les gens en ont besoin. Ça peut être joli mais c'est utile, d'abord."

Soutien

Un retour qui n'allait pas de soi. "On pensait ne pas y arriver", confie le nouveau président du comité, Emmanuel Louisy-Gabriel. Les différentes collectivités - la commune, la province Nord, le gouvernement - ont apporté leur aide financière.

Le président du comité de foire, Emmanuel Louisy-Gabriel, par Steeven Gnipate - 1

Les organisateurs attendent au moins quinze mille visiteurs d'ici à dimanche soir. Après tout, en 2020, ils en ont décomptés environ 18 000. Info pratique, "le tarif est toujours le même", signale le président : 500 F pour un adulte et 100 F pour les enfants de 6 à douze ans (mais gratuité du parking, et pour les scolaires ce vendredi).

Le président du comité de foire, Emmanuel Louisy-Gabriel, par Steeven Gnipate - 2

"Contents de se retrouver"

Membre du comité, Laurent Moglia résumait en tout cas l'esprit ce vendredi midi dans le journal de NC la 1ère : "Tout le monde est content de se retrouver. Et de pouvoir faire des affaires. Ce que j'aime à Koumac, et ce que tout le monde aime, c'est [qu'il y a] beaucoup d'artisanat, beaucoup d'éleveurs... . C'est moins commercial. On a une grosse partie des gens qui viennent là rien que pour le contact. Avec les autres exposants, avec le public, tout le monde." Ou, pour le dire autrement, à propos d'un événement né en 1991 : "Cette Foire a évolué mais a toujours gardé son côté festif du Nord, ce qui plaît beaucoup."

Coup d'œil sur le programme

Ce vendredi, fermeture de la foire après l'élection de miss à 19h30 et un dernier tour de danse. Retour samedi de 8 heures à 22 heures passées, avec notamment une dégustation de viande par l'interprofession (9h30 et 14 heures), la visite sur la mine de Tiébaghi (inscription au stand SLN, départs de la mairie à 10 heures et 14 heures), les jeux équestres (11 heures, 13 heures, 14 heures, 16 heures). Et puis l'incontournable rodéo nocturne, à 18h30. Enfin, ouverture dimanche de 8 heures à 16 heures : fun car (8h30), jeux équestres (9h30, 11 heures, 11h30, midi) ou visite de la mine Tiébaghi (départ à 10 heures).

Programme ici. Attention, ni chiens ni alcool ni armes sur le champ de foire. Et on conclut en volailles, au stand métiers de la terre du RSMA, le service militaire adapté :

Aperçu au stand métiers de la terre du RSMA ©Nathan Poaouteta / NC la 1ère

Enfin, voyez le reportage de Nathan Poaouteta, notamment axé sur les bénévoles : 

©nouvellecaledonie