Les clubs de rugby se perfectionnent à Poindimié

rugby
Stage de perfectionnement en rugby, Poindimié, juin 2018
Quelques participantes à ce stage organisé à Poindimié. ©NC la 1ère / Cédrick Wakahugnème
Depuis le 11 juin, les clubs de rugby calédoniens sont réunis sur le stade municipal de Poindimié pour une formation au perfectionnement. Une soixantaine de jeunes licenciés prennent part à des séances d’entraînement. Objectif: élaborer un véritable esprit de cohésion.
«Je suis en train de strapper Yovenka, qui s’est foulée la cheville, pour qu’elle soit prête à jouer le prochain match.» Benjamin Perraudeau est conseiller technique à la ligue de rugby. Sa mission: entraîner les filles de la sélection calédonienne. Et le temps de préparation avant chaque match s'avère primordial pour éviter les entorses ou les claquages. «Le rugby est un sport de combat, insiste l’entraîneur. Il faut qu’elles apprennent à prendre soin d’elles et à bien se préparer. Notre boulot est d’être vigilant pour qu’elles n’aient aucune blessure», renchérit-il.

Des filles passionnées de rugby

Des filles plus nombreuses chaque année. Sur le terrain, elles représentent plus des deux-tiers des effectifs engagés dans ce stage de perfectionnement. Sélectionnée en équipe de Calédonie, Emmanuelle Wadrenges pratique le rugby depuis huit ans. Ce stage est pour elle l’occasion de se surpasser. «On va au bout de ses limites, confie la jeune femme, car cela ne suffit jamais.»

Histoire de famille

Même enthousiasme chez Yovenka Brothers. Pour la licenciée du club de Païta, il s'agit avant tout d'une histoire de famille. «J’ai des cousins qui jouent au rugby. Tous m’ont donné l’envie d’en faire aujourd’hui, assure l’adolescente. Le rugby est devenu une passion. En le pratiquant davantage, cela me permet de me défouler et d’oublier mes soucis.»

Maintenir une cohésion au sein de la discipline

Pendant une semaine, filles et garçons ont travaillé leur «cardio», la technique, le plaquage, la mêlée, les passes et notamment la cohésion. Elément indispensable dans chaque équipe mais surtout pour l’ensemble des clubs calédoniens. «Cette cohésion est importante», souligne Gilles Estève, en charge du développement de la discipline en province Nord. «Mais il faut aussi qu’il y ait une mutualisation des moyens, notamment en province Nord où on est très éloignés les uns des autres. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que l’on pourra structurer un peu plus la discipline.»

Tournoi international en juillet

Championnes de la Bay of Plenty en mars dernier, face à la Nouvelle-Zélande, les Calédoniennes se préparent activement au tournoi international prévu en juillet à Nouméa, sur le stade Numa-Daly. L’occasion de se dépasser et de montrer leurs talents sur le terrain face à de redoutables équipes du Pacifique.