Pouembout : une centrale photovoltaïque unique en Nouvelle-Calédonie

énergie pouembout
©nouvellecaledonie
Une première, en Nouvelle-Calédonie. Les panneaux solaires de la centrale photovoltaïque déployée à Pouembout, sur la plaine des Gaïacs, sont équipés de traqueurs, permettant de suivre la course du soleil et ainsi d’optimiser le gain d’énergie produite.

En service depuis décembre 2021, la centrale a été inaugurée lundi 20 juin à Pouembout, par l’industriel Total Energies renouvelables, en présence du maire de la commune, accompagné de coutumiers de la zone. Composée de 15 000 panneaux, sur un site de sept hectares, la centrale bénéficie d’une technologie révolutionnaire qui permet d’optimiser la production d’énergie. Les axes de ses plaques de verre sont montés sur un système de vérins hydrauliques qui, grâce à l’aide d’un "tracker", suivent parfaitement la courbe du soleil tout au long de la journée.

15 % d'énergie en plus

"Cela permet à la centrale de produire 15 % en plus d’énergie par rapport à une centrale classique", calcule Stefan Sontheimer, directeur de Total Energies renouvelables Pacific, présent lors de cette inauguration. "Cela peut paraître peu mais 15 %, c’est énorme." D’une puissance de 6mW, l’installation, impressionnante par son ampleur et la qualité de sa fabrication, permet de couvrir en électricité verte la consommation annuelle de plus de 8 000 habitants. "Cette centrale s’inscrit parfaitement dans notre objectif de couvrir l’ensemble du territoire, la province Nord et notamment la côte Ouest", souligne Gaël Vallée, directeur de développement pour l’Outre-mer. "Mais surtout de produire cette énergie verte, dont le gisement est inépuisable, et amener progressivement la Nouvelle-Calédonie vers l’autonomie énergétique."

La centrale photovoltaïque sur la plaine des Gaïacs est composée de 15 000 panneaux.
La centrale photovoltaïque sur la plaine des Gaïacs est composée de 15 000 panneaux. ©Brice Bachon / NC la 1ère

De longues négociations

Il aura fallu plusieurs années avant de voir le projet sortir de terre dans la plaine des Gaïacs. Même si le secteur choisi est un foncier du domaine public, il est revendiqué. Et l’Adraf, l’Agence de développement rural et d’aménagement foncier, a eu son rôle à jouer avec les coutumiers de la zone pour que le dossier puisse être validé. Certains "jeunes" des tribus avoisinantes ont pu prendre part aux travaux. Car, du développement à la mise en service de la plateforme, douze corps de métier ont été mobilisés, les travaux ont duré dix mois et soixante personnes ont travaillé sur le site. "C’est très bien, que nos jeunes soient embauchés à la réalisation de tels projets, mais il faudrait à l’avenir que nos populations soient aussi considérées, et que l’on puisse penser à elles lorsqu’il s’agit de l’exploitation et de l’entretien", glisse à ce propos Yann Peraldi, maire de Pouembout.

 

Des centrales sur terres coutumières

La province Nord compte à l’heure actuelle sept centrales photovoltaïques de Total Energies en activité. Dont quatre sur terres coutumières. Le premier projet a vu le jour il y a cinq ans à Témala, sur la commune de Voh. Il est considéré comme une réussite : l’infrastructure a permis à la tribu d’obtenir trois emplois pour l’entretien, mais surtout la location de six hectares, avec un contrat sur 30 ans. "C’est une fierté, pour nous, d’avoir cette centrale dans notre tribu, c’est avant tout pour l’avenir de nos enfants, leur laisser quelque chose, mais c’est aussi pour valoriser cette terre que nos ancêtres nous ont laissée", confie Freddy Dounezek, adjoint au maire de Voh, à l’origine du projet dans sa tribu de Temala.

Réunion à Temala centrales photovoltaïques / Total Energies
Samedi 18 juin, la tribu de Témala a partagé avec différents GDPL son expérience d'un tel projet. ©Brice Bachon / NC la 1ère

L'exemple de Témala

Celle-ci, forte de l'expérience, a accueilli samedi 18 juin une réunion d’information à laquelle était conviés des groupements de droit particulier local. Des GDPL voulant eux aussi avoir la possibilité de mettre en place un projet de cette envergure. Sous la houlette de Total Energies, les coutumiers de Témala, initiateurs du dossier de leur centrale, ont pu apporter des réponses aux questions des interessés, sur la mise en œuvre d’un tel projet avec l’industriel. Deux GDPL sont les prochains sur la liste : Baco pour Koné et Wagap du côté de Poindimié, où le projet de centrale solaire vient d’être approuvé par le gouvernement. Les travaux doivent débuter d’ici la fin d’année 2022.