Vol au-dessus du lagon bleu

portraits bourail
vol paramoteur poé
©Gaël Detcheverry

Depuis toujours, l’homme rêve de voler et imagine des machines pour cela. Parmi elles, le paramoteur permet d’évoluer dans les airs en douceur. Démonstration à Poé où Dominique Delor propose des survols du littoral et du lagon. 

Léonard de Vinci aurait sans doute donné cher pour posséder une telle machine. Dominique, lui, a découvert cet engin volant en 2002 et ne l’a plus jamais lâché. "C’est une machine qui a une hélice propulsive qui va pousser l’ensemble. Le moteur fait 50 kg et il pousse 150 CV. Donc, il n’y a aucun problème pour décoller et ensuite, ça permet en vol de pouvoir se déplacer et d’aller dans les endroits qui sont les plus confortables pour voler", explique le pilote.

La "wow" thérapie

vol paramoteur poé 1
©Gaël Detcheverry

Depuis onze ans, grâce à ce paramoteur bi-place, « sa mobylette des airs » comme il l’appelle, Dominique partage sa passion avec des clients. Première mission de cet ancien infirmier : les mettre à l’aise. 

J’essaie de les rassurer et quand ils le sont, ils montent sur la machine, ils s’installent, ils prennent confiance. Mais je m’aperçois qu’avec la caméra, ils sont un peu tendus. Une fois que l’on a décollé, on s’aperçoit que cette tension s’élimine et à la place on a une belle banane et là, c’est parti.

Dominique Delor

 

Les promenades aériennes durent entre 15 minutes et une heure. C’est le passager qui établit le plan de vol. "Le paramoteur, c’est très contemplatif, on peut voir les dugongs, les dauphins. On voit parfaitement et là c’est vraiment la wow-thérapie", indique Dominique.

dominique delor paramoteur
©Gaël Detcheverry

Des moments de plénitude partagés que Dominique immortalise toujours en prenant des photos, son autre passion… ou comment joindre l’agréable à l’agréable.

Le reportage de Caroline Antic-Martin et Gaël Detcheverry.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live