nouvelle calédonie
info locale

La lutte contre le feu du Mont-Dore a bien progressé, sur fond de solidarité

incendie mont-dore
Feu du Mont-Dore, centre de la Croix Rouge, 5 décembre 2019
©Alix Madec / NC la 1ere
Le sixième jour de lutte contre le grand incendie du Mont-Dore s'est avéré efficace. Le feu ne s'étendrait plus côté forêt Demazures. Plus de soixante intervenants ont encore été déployés depuis La Coulée, où le centre installé par la Croix-Rouge a vu se succéder les Mondoriens chargés de dons.
Le point de situation dressé ce jeudi soir par la sécurité civile a de quoi rendre optimiste. «Les actions menées durant la journée», annonce le communiqué de 17 heures signé par Danilo Guépy, «ont été efficaces» et le bilan provisoire reste arrêté à 2 500 hectares brûlés.  
 

Du côté de Saint-Louis et de la forêt Demazures

Sur le secteur gauche de l'incendie (côté forêt de la Thy et mont Ta), quelques fumerolles à proximité du captage d'eau de Saint-Louis ont été traitées par des largages d'hélicoptère bombardier d'eau. Des points chauds subsistent à l'avant et sont sous surveillance.
La lutte au contact de l'incendie sur le secteur de la forêt Demazures, à hauteur de Lembi-Mouirange, a été menée par un détachement d'intervention héliportée. Elle s'avère efficace en dépit de l'étendue de la zone à traiter. «La progression est stoppée», souligne la sécurité civile. 
 
Feu du Mont-Dore, 3 décembre 2019
Sur le terrain du feu du Mont-Dore, le 3 décembre. ©Gaël Detcheverry / NC la 1ere
 

Dans les deux autres secteurs

Les points chauds sur le secteur arrière-droit, le long de la rivière la Coulée, ont été traités. Quelques fumerolles demeurent et sont en voie d'extinction. Les lisières du secteur avant-droit - vers la «propriété Pognon» - ont fait par ailleurs l'objet d'un travail de nettoyage en bordure de la Coulée. Les points chauds situés en partie haute sur l'avant-gauche de l'incendie sont ciblés par les hélicoptères bombardiers d'eau. 
 

La montagne des Sources préservée

Demain vendredi, il s'agira de poursuivre le traitement des points chauds et de prévenir les risques de reprise. «Le feu n'a pas pu basculer sur le bassin versant de la réserve intégrale de la montagne des Sources», félicite en tout cas le WWF. 


Reportage de Sheima Riahi et Gael Detcheverry
 

©nouvellecaledonie


Une soixantaine d'intervenants

Ce jeudi, ce sont une soixantaine d'intervenants qui ont œuvré contre le feu. Que ce soit les personnels de la sécurité civile, le centre de secours du Mont-Dore, les pompiers des trois autres communes de l'agglo ou les agents de la rivière Bleue. Avec en appui deux hélicos bombardiers d'eau et un Puma des Fanc, sans oublier un hélicoptère de reconnaissance et un camion-citerne de grande capacité mentionnés ce matin. 
  

Soutien citoyen

Tous ces intervenants ont reçu de nombreuses marques de solidarité. Les bras chargés de bouteilles d’eau, de fruits et autres vivres, les habitants du Mont-Dore se sont succédés sous les tentes de la Croix-Rouge. Un sourire, quelques mots d’encouragement pour les pompiers : ces citoyens ont apporté du soutien à leur façon.
 

Je les admire, les pompiers.
- Christine, Mondorienne

 

«On est tous concernés»

Christine s'est ainsi rendue au quartier général des opérations, à coté du terrain de rugby, et du pont avec une glacière bien remplie. «J'ai apporté de l'ananas, que j'ai découpé avec beaucoup d'amour, à 6 heures du matin», lance la Mondorienne. «Je pense que c'est un acte citoyen. On est tous concernés. Je pense qu'ils font un travail remarquable, je ne sais même pas si je pourrais en faire autant. Je les admire, les pompiers. Et puis pour notre planète, notre environnement, on n'aura peut-être bientôt plus aucune eau donc il faut absolument participer.»
  

«Beaucoup d'entreprises»

Sur place, la Croix-Rouge a installé un "centre d’accueil des impliqués", sur lequel se relayaient six bénévoles. «Beaucoup d'entreprises nous ont fait des dons», détaille Charlotte Antoine-Perron, responsable du site et membre de la Croix-Rouge. «Egalement beaucoup de Mondoriens qui passent», ajoute-t-elle. «On sent qu'il y a une réelle entraide.» Un soutien matériel, logistique mais aussi psychologique qu’acceptent volontiers les pompiers. «Oui, il y a vraiment un élan de générosité», témoigne Gwenval Cambon, chef de corps de la caserne de Païta.

Le reportage d'Alix Madec :

Feu du Mont-Dore, reportage au centre de La Croix-Rouge

Publicité