Caledonia : un festival de diversité et de citoyenneté

culture nouméa
Festival Caledonia
L'échange à l'honneur samedi 24 septembre, au festival Caledonia. ©Charlotte Mannevy, Sylvie Hmeun et Natacha Lassauce-Cognard / NC la 1ère
Pari réussi pour le festival Caledonia, à Nouméa. En ce samedi dédié à la citoyenneté, des milliers de personnes se sont rendues au centre culturel Tjibaou. C’est là que se déroule jusqu’à dimanche l’événement qui vise à mettre en valeur les communautés du pays. Groupes de musique ou de danse se sont succédés sur scène pour partager leur culture, parfois au sens propre.

Au micro pour introduire la farandole, ce samedi, au festival Caledonia, Jean-Krist, de la troupe Boea providence. Il y a quelques jours encore, le danseur de Lifou ne connaissait rien aux danses du temps du bagne, la spécialité de l’association Marguerite. "Ils ont présenté nos danses et nous, on a présenté la valse et la farandole, raconte-t-il. On a préparé ça ensemble autour d’un café et on a échangé."

On a à peu près les mêmes visions, nos messages sont universels. Qu’importe les cultures, on veut dire la même chose. 

Jean-Krist, troupe Boea providence

Les Drehu sont attendus à Teremba

Main dans la main, en costume colonial pour les uns, tenue traditionnelle de Drehu pour les autres, les danseurs ont conquis le public de l’espace Ape Vila. La preuve dans ces images de Charlotte Mannevy.

Au festival Caledonia, ensemble pour la farandole ©Charlotte Mannevy / NC la 1ère

Au festival Caledonia, ensemble pour le tchap ©Charlotte Mannevy / NC la 1ère

Spécialiste ès farandole, Jean-Luc n’a pas hésité à se lancer dans un tchap endiablé. "C’est une première ! On suit le rythme, on fait ça à l’instinct, réagit-il. Et puis on a regardé faire. On avait le modèle. Il y avait de l’enthousiasme, de part et d’autre. Je leur ai demandé à renouveler et je les ai invités à venir nous rejoindre à Teremba pour les prochains spectacles."

Reportage entre farandole et tchap au festival Caledonia

Dans les rizières du Nord Vietnam

Plus tôt dans la journée, le même espace Ape Vila abritait la danse des récoltes. Les jeunes filles en scène ont entraîné le public dans les rizières en terrasses au Nord du Vietnam, images de Natacha Lassauce-Cognard :

Danse vietnamienne au festival Caledonia ©Natacha Lassauce-Cognard / NC la 1ère

Un moment inédit pour certains. Un retour aux sources pour d’autres.

Je n’avais jamais rien vu de la communauté vietnamienne ici. C’est vraiment sympa qu’un festival regroupe toutes ces cultures.

Michèle John

Nous, non le vit puisqu’on est pluriculturels. Entre Vietnamiens, Tahitiens et j’en passe. Je pense que la Calédonie ne peut qu’être attiré par l’autre.

Myrtho Fambart

Voile tressée en pandanus

En ce 24 septembre, anniversaire de la prise de possession devenu journée de la citoyenneté, les Calédoniens découvrent au centre Tjibaou les différentes communautés qui composent le Caillou. Ici, les femmes s’associent ici pour fabriquer une voile tressée en feuille de pandanus. Le projet "tressons et hissons ensemble la voile des Calédoniens" est à l’image de la construction du pays. Grâce à la diversité, une unité est créée pour faire avancer la pirogue, le destin commun.

La symbolique est vraiment belle, aujourd’hui. Nous avons des femmes de Rurutu, les Indonésiennes, nos sœurs caldoches et tout le pays kanak.

Yvette Danguigny, présidente de l’association Natte kanak

Créé dans l’esprit de Melanesia 2000, organisé en 1975 par Jean-Marie Tjibaou, le festival Caledonia se termine ce dimanche. Avec l’officialisation de l’association Caledonia en salle Sisia.

Un reportage de Natacha-Lassauce Cognard et Franck Vergès :

©nouvellecaledonie