Deux ans de prison pour avoir jeté une pierre de douze kilos sur une voiture

justice nouméa
tribunal
©MN NC1ère
C’est une affaire qui aurait pu mal finir. Ce mardi 16 mai, trois jeunes hommes étaient jugés en comparution immédiate en Nouvelle-Calédonie. Jeudi dernier, ils ont agressé des automobilistes sur la route de Tina Golf, à Nouméa. Ils ont écopé de peines allant de six mois à deux ans de prison.
« On a frôlé la catastrophe. Cette grosse pierre aurait pu blesser ou tuer quelqu’un. » Ce sont les mots de l’avocate de la victime qui a reçu un caillou de 12 kilos sur son pare-brise. A la barre ce mardi matin, trois prévenus, trois jeunes hommes âgés de 19 à 21 ans. Face à eux, leurs victimes, deux d’entre elles sont venues témoigner de la violence des évènements.


« Pour se défouler »

Tout commence au squat de Tina. En début de soirée et après une journée bien arrosée, deux des prévenus se bagarrent, l’un d’entre eux part énervé vers la route. « Pour se défouler », comme il le dit, l’homme prend pour cible les automobilistes. Il lance un gros caillou sur une première voiture, sans l’atteindre, puis réitère son geste et touche cette fois-ci un autre véhicule. La pierre qui pèse 12 kilos et fait 40 cm par 20 traverse le pare-brise et finit dans l’habitacle de la voiture. A l’intérieur, une maman et ses deux filles en pleurs. Fort heureusement, aucune n’est blessée. « C’est un miracle », reconnaît l’avocate.

Un enchaînement

Le premier chauffeur s’interpose et demande des comptes aux jeunes alcoolisés. Ce qui énerve le deuxième prévenu : il lui balance à son tour une pierre à la tête en le blessant légèrement au front. Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Devant la violence des faits, une autre automobiliste qui tentait de prévenir la police est elle aussi prise à partie par le troisième prévenu. Il l’agresse verbalement et lui dérobe en passant son téléphone et son sac à main.

«Violence exceptionnelle» 

« Ce type de scène qu’on voit aux abords des routes est fréquent, mais là on est allé plus loin, la violence est exceptionnelle », regrette le procureur, qui a requis des peines de prison pour les trois prévenus. L’avocate de la défense a demandé la clémence du tribunal et plaidé pour une réinsertion. L’auteur du jet de pierre de 12 kilos a été condamné à deux ans de prison, il est allé directement au Camp-Est. Les deux autres écopent de six mois d’emprisonnement avec sursis pour l’un, et d’un an de prison pour l’autre avec une obligation de soins, de formation, de travail et d’indemniser la victime.