L’aquarium des lagons pourrait rouvrir ses portes à la mi-septembre

animaux nouméa
Aquarium des Lagons 1
La période d'amarinage des coraux à débuté, à l'aquarium des lagons. ©Aquarium des lagons de Nouvelle-Calédonie
Les travaux de reconstruction des bacs sont bientôt terminés, à l’aquarium des lagons. Coût total de l’opération : 130 millions de francs cfp. Après plus d'un an de remise à neuf à cause de malfaçons, l’heure est à l’amarinage : plus simplement, au développement des coraux dans les bassins.

Après la reconstruction des bacs fissurés par de nombreuses malfaçons, les coraux reprennent place petit à petit, dans les bassins de l’aquarium. Ils ont été transférés de la zone technique, jusque dans les bacs 8 et 23, entièrement refaits à neuf.

Période d'amarinage

C’est la période de l’amarinage : comprenez, la réacclimatation des coraux. "Dans ces bacs, où on essaie de recréer l’environnement corallien", lance Richard Farman, directeur de l’aquarium. 

"Le récif est constitué de squelettes de corail, donc on part d’une structure en béton sculpté, que les artistes font ressembler à du corail, sur lequel les artistes vont implanter le corail vivant. Nous avons des colonies de coraux, notamment le nid historique, qui est la plus vieille colonie au monde vivant en aquarium, depuis 1966, qui est toujours en vie dans notre aquarium", précise le directeur.

Richard Farman, directeur de l’aquarium

 

Techniciens spécialisés en aquariologie

Au total, ce sont une centaine d'espèces de coraux qui peuplent les bassins en temps normal et près de 200 espèces de poissons. Autant de spécimens singuliers, manipulés avec précautions par la vingtaine de professionnels de l’établissement, dont sept techniciens spécialisés en aquariologie.

"Si vous mettez deux colonies coralliennes l’une à côté de l’autre, elles peuvent se brûler. Elles vont s’attaquer pendant la nuit, si elles ne sont pas de la même colonie", poursuit Richard Farman. 

Aquarium des Lagons 2
©Aquarium des Lagons

Une étape d’amarinage suivie de près par les professionnels, qui se poursuit dans les coulisses de l’aquarium. "Progressivement, on commence à mettre les petits poissons dans les bassins, les papillons, les demoiselles etc… et surtout les brouteurs, car les premières choses qui se développent dans le bac, ce sont les algues. Donc il faut qu’il y ait des poissons qui les mangent, pour ne pas qu’elles étouffent les coraux que l’on vient d’implanter", ajoute le directeur.

Les spécimens devraient progressivement regagner les bacs flambants neufs de l’aquarium, qui pourrait rouvrir ses portes à la mi-septembre, avec près de deux mois de retard.