nouvelle calédonie
info locale

Violences du week-end à l’Anse-Vata: un trentenaire condamné à six mois de prison

violence nouméa
L'Anse-Vata vue de la mer, 2019
L'Anse-Vata vue de la mer. ©Françoise Tromeur / NC la 1ere
Un homme de trente ans était jugé mardi à Nouméa pour des violences qui ont occasionné à sa victime 45 jours d’ITT. Le tribunal correctionnel lui reprochait aussi d'avoir conduit en état d’ivresse et malgré l’annulation de son permis. Il a été condamné à six mois de prison.
C’est dans la nuit de samedi à dimanche, du côté de l’Anse-Vata, qu’il a frappé un jeune homme intervenu dans la dispute avec sa compagne. Retour aux faits. Le 21 avril vers deux heures du matin, le trentenaire mis en cause dans cette affaire remarque que son amie n’est toujours pas rentrée de boîte de nuit. 
 

Alcoolisé

Enervé, surtout sous l’effet de l’alcool, il se rend sur les baies devant l’établissement en question. Alors qu’il titube dans le parking, le ton monte au sein du couple. Une violente dispute dans laquelle la victime tente de s’interposer. 
 

Accident de voiture

Une bagarre éclate entre les deux hommes. Le prévenu assène plusieurs coups puis prend la fuite avec sa voiture. Il roule à vive allure et perd le contrôle de son véhicule au niveau du rond-point de la promenade Pierre-Vernier. Quant à l’autre homme, il est évacué vers le médipôle avec notamment une fracture de la cheville gauche.
 

«Victime»

Connu très défavorablement de la justice, le mis en cause a déjà accumulé six procédures judiciaires depuis 2010. Mardi, au tribunal, il a indiqué à la cour qu’il n’avait fait que se défendre, que l’autre protagoniste avait porté le premier coup. «A la base, a-t-il dit, j’étais victime. Maintenant, je suis coupable.» 
 

Le tribunal pas convaincu

Une version que le ministère public a eu du mal à croire. «Les gens habituellement violents ont l’habitude de dire qu’ils ne sont que la victime», a-t-il lancé. Les larmes et les regrets du prévenu n’auront pas convaincu le tribunal, qui l’a condamné à six mois de prison ferme avec maintien en détention.
Publicité