Païta face aux conséquences de Lucas

cyclones païta
Suite dégâts Païta
©Claude Lindor / NC la 1ère

Des maisons détruites par les eaux, des familles qui ont tout perdu, des routes abîmées, voire coupées… Après le passage de Lucas sur la Nouvelle-Calédonie, les conséquences se font encore très durement sentir sur Païta. La commune tente de soutenir les plus touchés. 

Dans la maison de Tatino Amolé, il ne reste rien. Le retraité a acheté la petite maison il y a sept ans, une ruine à ciel ouvert après les inondations de la semaine dernière. La famille s’est réfugiée dans le seul espace habitable qu'il reste, un hangar arrangé en coin de vie. 

Suite dégâts Païta
©Claude Lindor / NC la 1ère

210 familles sinistrées 

A cinq jours de la rentrée scolaire, la famille, qui a perdu tous ses documents administratifs, se heurte à des difficultés considérables pour trouver un nouveau logement. Selon la mairie, il y aurait 780 personnes sinistrées, soit 210 familles sur l’ensemble de son territoire. Parallèlement, l’appel à la solidarité lancé par la commune, lui, a très bien fonctionné. 

Suite dégâts Païta
©Claude Lindor / NC la 1ère

Réseau très abîmé 

Autre conséquence des pluies diluviennes apportées par la dépression tropicale : les dégâts engendrés sur le réseau routier sont estimés à 80 millions de francs CFP. Le maire a sollicité auprès de l’Etat le fonds de secours d’urgence. Willy Gatuhau qui remet par ailleurs à plus tard la polémique sur les constructions en zone inondable. 

Suite dégâts Païta
©Claude Lindor / NC la 1ère

Coupure du col de Katiramona, un sérieux handicap 

Pour de nombreux administrés, l’éboulement survenu suite au passage de Lucas au col de Katiramona ne manque pas de leur compliquer la vie. Et de rallonger tous les trajets de plusieurs dizaines de minutes… La portion de route barrée est située à proximité de la carrière Menaouer. Pour la mairie de Païta, il faudra plusieurs mois de travaux avant un retour à la normale de la circulation.

Explications et témoignages dans le reportage de Thérèse Waïa et Claude Lindor :